OFF
ON
Boxed
Rechercher
Saint-Valentin Plaisir d’offrir et de recevoir… ou pas !

Saint-Valentin Plaisir d’offrir et de recevoir… ou pas !

Difficile d’y échapper ?

Des cœurs rouges qui envahissent les vitrines des fleuristes ou des chocolatiers, aux menus « Spécial Saint-Valentin » affichés dans les restaurants, en passant par les promotions des tour-operators pour un citytrip en amoureux, difficile de faire fi de l’enthousiasme « pseudo-collectif » dédié à Cupidon !

Cependant, dans notre royaume, la Saint-Valentin ne fait pas l’unanimité. Selon un sondage mené en 2012 par le CRIOC1, la Saint-Valentin aurait été fêtée cette année-là par 29% des Wallons, 24% des Bruxellois et seulement 14% des Flamands.

Yin et Yang

saint-valentin2Chez la Valentine, comme si la petite fille intériorisée, crédule et rêveuse prédominait, les attentes envers le conjoint semblent quelquefois idéalisées. En tout cas, pour une majorité de femmes, l’effet surprise apparaît comme un facteur crucial. Il est a priori mal venu de lui offrir des soins esthétiques ou un électro-ménager, à moins qu’elle n’en ait fait la demande !
Pour celles qui sont d’humeur câline, la Saint-Valentin est une occasion d’entretenir la passion.
Sachez, Mesdames, que le rouge, réputé glamour et sexy, reste l’une des couleurs préférées des hommes en matière d’accessoires féminins.
Du côté des hommes, la plupart du temps, l’aspect commercial est désapprouvé et les cadeaux habituels ou autres repas en tête(s) à tête(s) dans un restaurant bondé sont considérés comme clichés, voire « tue l’amour ». Ils n’aiment pas se sentir corvéables, ni avoir l’impression de passer un examen ! Ils ne sont néanmoins pas contre l’organisation d’une activité originale ou le partage d’un gueuleton en toute intimité avec leur douce.

Et les célibataires dans tout ça ?

Contrairement aux états-Unis où ce sont à la fois l’Amour et l’Amitié qui sont fêtés chaque 14 février, en Europe, c’est l’Amour « conjugal » qui est mis à l’honneur. Pour les célibataires, cette journée festive teintée de romantisme est parfois un vrai mauvais moment à passer !
Certes, d’une part, il y a ceux qui assument leur célibat et ne souffrent pas de cette « solitude » choisie. Mais d’autre part, il y a les personnes qui doutent, qui peinent à créer du lien ou qui ont vécu une rupture amoureuse et traversent les différentes phases de deuil de la relation. Pour ces derniers, la Saint-Valentin peut rimer avec sentiment d’exclusion, nostalgie ou agacement.

Comment se situer ?

La Saint-Valentin approche et elle vous rappelle que vous êtes seul(e) ? Si vous n’avez pas l’âme à vous distraire, pourquoi ne pas vous accueillir là où vous en êtes ? Que ressentez-vous au juste ? Est-ce de la tristesse, de la colère, de l’envie ? Vous savez, ces émotions légitimes sont aussi de précieux guides. En effet, comment se protéger si l’on ne ressent pas la peur ? Comment être disponible pour le futur si l’on ne peut pas faire son deuil du passé ? Si, par moments, ces sentiments vous sont trop pénibles, vous pouvez les mettre en mots et les écrire ou les confier à une personne bienveillante ; cela peut aider à réduire votre détresse.

En couple, quitter l’idéalisation de la relation permet d’accéder à l’ambivalence des sentiments, ce qui me paraît plus humain. Les conjoints ne peuvent en effet ni se combler l’un l’autre, ni s’épargner tous les maux, pas même le 14 février ! Je pense que prendre une juste place au sein du couple équivaudrait à prêter attention à son conjoint et donc à soigner le lien, sans pour autant s’oublier. Quoi qu’il en soit, si vous choisissez de gâter votre conjoint à la Saint-Valentin, gardez-en un peu sous la semelle pour les 364 autres jours de l’année !

Sylvie Hock

Sylvie Hock
Cercle de parole créative
Conseillère conjugale et familiale
Animatrice PRODAS
(Programme de développement affectif et social)
0474/ 13 11 92
www.cercledeparolecreative.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *