OFF
ON
Boxed
Pour un sevrage tout en douceur

Pour un sevrage tout en douceur

Après quelques mois d’allaitement ou bien plus, le sevrage commence à pointer le bout de son nez. Vous pouvez avoir beaucoup de raisons différentes pour souhaiter sevrer votre enfant. Cette décision vous appartient et personne ne devrait se permettre de vous juger, que vous souhaitiez sevrer votre enfant ou au contraire que vous souhaitiez poursuivre l’allaitement, et ce, quel que soit l’âge de votre bébé. Vous vous demandez comment faire ? Avec l’accueil en crèche ou chez une gardienne, ou bien même à l’arrivée de la première rentrée scolaire…

Tout d’abord, restez zen ; rien ne sert de se mettre la pression. Une fois de plus, un allaitement n’est pas un autre ; ce qui fonctionne pour les uns ne fonctionne pas pour tous. écoutez vous, observez votre enfant, il vous aidera dans les étapes du sevrage en douceur.

Deux êtres qui ne font qu’un

Vous devez, vous et votre enfant, vous adapter en douceur à ce changement, tout comme vous l’avez fait ou le ferez pour la diversification de l’alimentation. Pensez que vous avez créé un lien unique avec votre bout de chou pendant ces mois, et que cette relation ne doit pas s’arrêter du jour au lendemain.
Si l’enfant a besoin de s’habituer à une nouvelle alimentation (lait maternisé ou diversification), il faut savoir que les étapes se font en plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

D’après de nombreux pédiatres, il n’existe pas de moment plus favorable qu’un autre pour arrêter son allaitement, donc : pas de culpabilité.

Hormis des obligations professionnelles, de nombreuses femmes ressentent à un moment donné « l’envie », le
« besoin » de cesser d’allaiter. Parfois même, c’est votre chérubin qui ne tête plus vraiment, ou ne manifeste plus l’envie de venir au sein (dans le cas d’un allaitement de plus de six mois)… Dans ce cas… parfait ! Laissez le grandir.

Si vous êtes concernée par le premier cas, alors je vais vous aider à trouver des solutions de sevrage en douceur.

Remplacer le saint-sein !

f48004fae81eee9a5fa6ddbee7419fedVous pouvez fournir le lait maternel à la personne qui s’occupera de votre enfant en journée. La conservation du lait maternel dans un réfrigérateur est estimée à environ huit jours avec une température comprise entre zéro et quatre degrés Celsius.
L’objectif est d’enlever une tétée et de la remplacer par un biberon avec votre lait, donné par le papa ou par une personne proche de l’enfant.
Ceci permet d’éviter le risque de refus du biberon. Si c’est vous, maman, qui lui donnez, pourquoi prendrait-elle/il le biberon alors qu’elle/il a votre odeur lactée juste sous le nez ? Ne restez pas dans la pièce voire même dans la maison, et profitez-en pour faire autre chose. Vous avez du temps devant vous.
Petite précaution : notez sur le pot la date et l’heure de tirage du lait, mais également le jour où vous le décongèlerez, afin qu’une fois décongelé, vous puissiez suivre la conservation.

Je vous invite, si vous n’avez pas encore investi dans un tire-lait et des biberons, de vous informer sur le concept du biberon du Dr Brown’s ou Medela.

Vous pouvez également garder les heures de tétées où le lait est fort présent, et supprimer les tétées où les seins ne sont pas bien remplis. évitez de supprimer en premier la tétée du matin, car elle est celle où l’on a le plus de lait, en règle générale.

Un sevrage graduel est toujours préférable, alors laissez passer quelques jours avant de supprimer une nouvelle tétée. Ainsi, vous pourrez apprécier une adaptation de vos seins à cette nouvelle production de lait. Attendez si possible que les seins soient confortables avec une tétée en moins, avant d’en supprimer une nouvelle.

Avec cette méthode, vous pouvez obtenir un sevrage complet en une semaine pour les femmes dont la lactation s’adapte très rapidement, qui ne sont pas en surproduction de lait et dont le bébé a plus de quatre mois ; ou en plusieurs semaines pour les autres.

Attention aux engorgements

Le critère principal : être attentive à ses seins et aux possibles signes d’engorgement. C’est la méthode la plus douce, mais aussi la plus confortable. Cela vous permet un retour en arrière si finalement vous changez d’avis au bout de trois jours ou si vous avez finalement opté pour un sevrage partiel.
Ne vous découragez pas, une fois dans vos bras, votre enfant essayera de prendre à nouveau le sein, et vous le réclamera par tous les moyens… c’est normal. Ne le rejetez pas ; votre enfant a besoin de vous, il lui faut juste le temps de s’adapter.
Rassurez-le, écoutez-le et expliquez-lui ; puis détournez son attention vers autre chose et proposez-lui de faire une activité ensemble.

Le petit plus naturopathique

Certaines plantes peuvent aider à faire diminuer la lactation à condition d’être prises en grande quantité : le persil et la sauge semblent être les plus efficaces.

Un vrai bon taboulé libanais à tous les repas pendant plusieurs jours, accompagné d’une infusion de sauge trois fois par jour…
Je conclurai par cet extrait de L’allaitement tout simplement : « La durée de votre allaitement ne concerne que vous et votre bébé. Il n’y a pas de durée minimum d’allaitement, pas plus que d’âge précis où le bébé doit être sevré. La mère peut décider de suivre son propre rythme pour le sevrage ou bien se laisser guider par son bébé.
Faites-vous confiance… Tout se passera bien, avec de l’amour et du respect dans le rythme de chacun, on y arrive toujours. »

sandie-boitteux-bras-bio
Sandie Boitteux-Bras

Thérapeute manuel M.Poyet, N’Féraïdo, Naturopathe, Relaxologue
Chaussée Mont St Jean, 19
1420 Braine l’Alleud
0492/87.73.53

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *