OFF
ON
Boxed
L’épinard, un vrai élixir santé

L’épinard, un vrai élixir santé

La nature se réveille sous les ailes du printemps et nous offre davantage de légumes verts à mettre dans nos assiettes. Après une période d’hibernation qui va souvent de pair avec une plus grande sédentarité et une surcharge alimentaire ainsi qu’une faible oxygénation, il est grand temps de sortir les encombrants, d’aérer nos cellules et de nous alléger… cette fois-ci, c’est l’épinard qui retiendra notre attention.

Popularisé grâce à notre cher ami Popeye, on lui a collé une réputation d’aliment riche en fer. C’est un légume qui en contient en effet pas mal (4 mg/100 gr), pourtant ce n’est pas sa plus grande qualité. L’épinard a beaucoup plus à offrir… D’ailleurs, dans le règne végétal certains légumes sauvages comme l’ortie, le chénopode et le pissenlit contiennent bien plus de fer. Et puis, on sait aujourd’hui que le fer végétal n’est pas aussi bien absorbé par l’organisme que le fer animal. Il faudrait 2 kg d’épinards pour égaler la quantité de fer fournie par 100 g de viande rouge. Petit conseil pour augmenter l’absorption du fer : consommer les épinards conjointement avec des aliments qui contiennent de la vitamine C.

Pas qu’en fer !

Mis à part le fer, l’épinard contient aussi beaucoup de magnésium, calcium, sodium et potassium, ce qui en fait un aliment alcalinisant et reminéralisant fort intéressant.
C’est aussi un aliment riche en vitamine B9 qui intervient dans la formation des acides aminés, constituant de toutes les cellules vivantes, et notamment dans la synthèse de l’ADN et de l’ARN. Cette vitamine participe au renouvellement et à la réparation des cellules et des tissus. Elle joue un rôle essentiel dans le métabolisme cérébral et nerveux, notamment au niveau des neurotransmetteurs et est aussi très utile pour la femme enceinte chez laquelle une carence en folates peut être source de complications sérieuses (avortement spontané, malformations congénitales de l’enfant).

Un taux élevé d’homocystéine dans le sang est considéré aujourd’hui comme un facteur de risque d’affection cardio-vasculaire. L’homocystéine est un métabolite (substance intermédiaire) de la méthionine (acide aminé essentiel) qui sera ensuite transformé en cystéine (un autre acide aminé) avec l’aide de la vitamine B9, B6 et B12. Si l’organisme est en carence de ces vitamines, le taux d’homocystéine risque de grimper. En plus d’apporter des folates, l’épinard apporte aussi de la vitamine B6 et participe ainsi à l’équilibre du taux d’homocystéine dans le sang.
La synergie vitamine B9-potassium-sodium permettrait en plus d’abaisser l’hypertension artérielle en favorisant un meilleur flux sanguin. La choline et l’inositol également présents dans les épinards, aident à prévenir le durcissement des artères, générant un effet protecteur supplémentaire contre les maladies cardio-vasculaires.

Comme les choux

En raison de sa richesse en provitamines A, vitamine C, vitamine E, sélénium et autres composés antioxydants, epinard-192823_w1000 copiel’épinard a réussi à s’imposer aux côtés des choux comme étant un légume anti-cancer par excellence. D’autant plus que cette action est renforcée par sa forte teneur en fibres (3 g/100 g) ayant une action protectrice supplémentaire sur le cancer du côlon. Le taux en carotène (4 mg/100 g) dans l’épinard est l’un des plus hauts parmi les légumes frais. D’autres antioxydants, comme la zéaxanthine, la lutéine et la bétaïne, qui participent au processus anti-radicalaire dans l’organisme, semblent être plus présents dans les épinards cuits. Mais attention, les épinards cuits contiennent plus d’acide oxalique que les épinards crus et sous une forme inorganique. Cet acide oxalique risque de se cristalliser et peut s’accumuler dans nos reins, provoquant des crises de coliques néphrétiques. Dans les épinards crus, l’acide oxalique est présent mais sous une forme organique qui sera plus biodisponible.

Cependant, les personnes sujettes à la maladie de la goutte et aux calculs rénaux (oxalique ou urique), devront s’abstenir de consommer ce légume, qu’il soit cuit ou cru. Par ailleurs, certaines personnes sont violemment allergiques aux oxalates.

Un légume minceur …

Parmi d’autres bienfaits, l’épinard est l’un des légumes des plus légers. Outre le fait que sa digestion est très facile, l’épinard est également un des légumes les moins caloriques avec 25 kcal / 100 g, soit le même niveau que le classique haricot vert.

Très pauvre en glucides, protéines et en lipides, l’épinard est très riche en eau (92%). Sa forte teneur en fibres lui donne des propriétés laxatives et dépuratives incontestables en plus d’avoir un effet rassasiant, lui conférant le surnom de « Balai de l’intestin ». En plus, l’épinard contient des thylakoïdes, un composant naturel qui se fixerait aux molécules de graisse, favorisant leur utilisation sous forme d’énergie au niveau hépatique. Tout ceci en fait un légume minceur par excellence dont on peut se réjouir en vue des beaux jours qui arrivent.
La consommation d’épinards aurait également une action bénéfique sur la santé des yeux. Elle réduirait le risque de dégénérescence maculaire, de rétinite ou de cataracte et améliorerait la vision nocturne grâce aux caroténoïdes contenus dans la plante.

Et détox !

Mais l’épinard est surtout un légume détox avant tout, de par sa grande richesse en chlorophylle qui va drainer les toxines et sera essentielle pour préserver la santé des cellules en général.
La meilleure façon de tirer tout le profit de ce merveilleux légume est en le consommant cru sous forme de salade ou sous forme de jus (pour un régime anti-fibres). Mais si vous ne craignez pas les fibres (douces, précisons-le tout de même !), c’est un légume que je recommande en smoothie (voir recette) car son goût se marie facilement avec toutes sortes de fruits ou en soupe minute chaude (en mélangeant juste un peu d’eau chaude avec quelques poignées d’épinards, des épices, de l’huile d’olive dans un blender) ou froide type Gaspacho (voir recette).
Il est recommandé de ne consommer que des épinards de culture biologique car c’est malheureusement un des légumes commercialisés les plus contaminés par les pesticides.

Maddy Lecomte 

Naturopathe (diplômée Cenatho), formée en micronutrition par le Dr Curtay (formation CFNA), formée au Living Food Lifestyle® (formation Ann Wigmore Natural Health Institute Puerto Rico), Partenaire et Coach certifiée SwissJump®/Bellicon®.

maddy.lecomte@gmail.com
ou 0476/525169

Maddy Lecomte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *