OFF
ON
Boxed
Espace vital, distance relationnelle, rien n’est figé !

Espace vital, distance relationnelle, rien n’est figé !

L’espace vital est défini comme étant l’espace nécessaire à la survie ou encore comme le territoire interdit à un membre de la même espèce. Selon des chercheurs britanniques qui ont mené une étude sur le sujet, l’espace vital d’un être humain oscillerait entre 20 et 40 cm. Quant à la distance relationnelle, elle varie en fonction du degré d’affectivité entre les individus. Et si l’on y regardait d’un peu plus près ?

Vous est-il arrivé de vous sentir comme envahi(e) ? D’avoir la désagréable impression de manquer d’air, au propre comme au figuré, d’avoir envie de vous boucher les oreilles pour ne plus rien entendre et de tendre les bras pour que l’on n’entre pas dans votre bulle protectrice ? Parfois le malaise est tel qu’il semble irrésistible de jouer des coudes et de booster les importuns à coups de « Fissa, fissa ! » avant de pousser un grand « Ouf ! » de soulagement en claquant la porte.

Agressifs, nous ? Peut-être. En tout cas, lorsque quelqu’un s’impose dans notre espace vital, cela peut enclencher une vive réaction de défense, car nous nous sentons comme menacés.

Espace vital relatif et en mouvance

Plusieurs facteurs interviennent sur la distance relationnelle qui nous sépare des autres. Par exemple, plus nous sommes liés à une personne sur le plan affectif, plus nous acceptons la proximité avec elle. Dans un même ordre d’idée, il semble que notre degré d’anxiété a également un impact sur cette distance nécessaire à notre bien-être, et pour cause. Si nous ne connaissons pas suffisamment notre interlocuteur pour cerner ses intentions, mieux vaut rester prudents et maintenir une distance de sécurité. Des chercheurs de la University College of London ont mené une expérience sur une quinzaine de participants (âgés entre 20 et 37 ans) afin de tester leurs réflexes de défense en cas de rapprochement menaçant de leur visage. L’observation a montré que leur vision, leur toucher, leur posture fonctionnent en étroite coordination pour mieux contrôler leurs mouvements et défendre leur corps. Qu’il soit physique ou psychologique, de l’ordre de l’intime, du personnel, du social ou du publique, notre espace vital, s’il est réduit peut donc être source de stress et d’agressivité !

Espace personnel et système familial

Si l’on fait référence à l’intensité des affects qui peuvent lier les membres d’une famille et à la facilité d’approche qui en découle en théorie, on pourrait croire que cette dernière n’est pas concernée par la question de manque d’espace. Mais vous vous doutez qu’il n’en est rien ! L’équilibre de la famille dépend des capacités d’adaptation du système à chacune des étapes de son cycle de vie. Dès le début, c’est-à-dire à la naissance d’un premier enfant, l’univers relationnel s’agrandit. à l’identification du couple « Qui sommes-nous ? », succède « Qui fait quoi ? », car l’espace des conjoints doit se partager avec un tiers. Entre totale dévotion à nos petites têtes blondes, rousses, brunes ou noires et démission du rôle parental, entre total respect des aînés et rébellion, il est question pour tous de se préserver suffisamment d’espace pour s’épanouir. Bien sûr, les besoins et désirs de chacun en la matière varient en fonction de divers facteurs tels que celui du statut, de l’âge, du sexe ou de l’état de santé physique et moral. Que l’on vive dans la promiscuité ou non, il y a de multiples façons de voir son espace personnel monopolisé en famille. L’invasion des espaces respectifs va tous azimuts. Un parent peut se sentir accaparé par ses enfants, un adolescent peut se sentir épié par ses parents. L’espace vital ne se mesure pas qu’en centimètres carrés, ni en temps. Subir du bruit, être interrompu, voire empêché d’émettre un avis ou de prendre une quelconque décision, nous privent aussi d’un espace personnel légitime.

Deux ingrédients pour de multiples recettes

Pour tenter de maintenir l’équité et cohabiter dans le respect de l’espace de tous, deux ingrédients de base me paraissent utiles. La prise de conscience de nos limites et la communication. Votre créativité fera le reste, j’en suis convaincue !

Sylvie Hock

Sylvie Hock CCF

Atelier « Mon espace »

Cercle de parole PRODAS
Samedi 14 mai 2016 de 10h à 12h30
Rue Polet, 29 – 5020 Namur (Vedrin)
Infos et réservation : 0474/13.11.92 ou www.cercledeparolecreative.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *