OFF
ON
Boxed
Les petits échotiers du bio première édition  !

Les petits échotiers du bio première édition !

Le Projet des élèves de 5ème primaire de l’école communale de Wodecq :

Dans le cadre du concours «Les petits échotiers du Bio», les élèves de 5e année de l’école communale de Wodecq ont interrogé M Vander Donckt de la ferme Dôrloû afin de poser des questions autour du thème de l’agriculture biologique.

dscn1535

Qu’est-ce que l’agriculture biologique ?»

– M Vander Donckt : Quand on parle d’agriculture, il faut d’abord comprendre que c’est le travail de l’agriculteur. Celui-ci élève des animaux (vaches, cochons, volailles, lapins,…) et cultive le sol dans le but de produire de la nourriture pour la consommation. Ensuite, lorsqu’il s’agit d’une agriculture biologique, il faut respecter certaines règles comme l’interdiction d’utiliser des pesticides et engrais chimiques, la garantie de produire des aliments «sains», c’est-à-dire, sans résidus de produits chimiques, … Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Une période de 3 ans est nécessaire avant d’obtenir l’appellation «biologique». En effet, on considère que c’est le temps imparti afin d’éliminer toutes les traces de résidus «chimiques».

dscn1543

« Comment produire une agriculture biologique ou des produits biologiques ?»

– M V.D. : C’est très simple. Il faut redonner au sol son vrai rôle. Dans le cadre d’une agriculture conventionnelle, le sol est un support qu’on enrichit à l’aide d’engrais. Dans le cadre d’une agriculture biologique, le sol est utilisé dans des conditions idéales grâce à un enrichissement à l’aide d’engrais organiques (lisier, fumier). C’est pour cette raison, selon moi, qu’une agriculture biologique impose donc d’avoir ses propres animaux. Ces derniers sont également nourris de manière biologique, à l’aide de fourrages issus de l’agriculture biologique. Les produits vendus (fromages, viandes, légumes,…) sont le fruit de sols «purs» et d’animaux «sains», le tout sujet à des contrôles réguliers.

« Pourquoi avez-vous choisi l’agriculture biologique par rapport à l’agriculture conventionnelle ?»

img_8526

– M V.D. : Au départ, j’ai commencé dans l’agriculture conventionnelle. Puis, un petit groupe d’agriculteurs s’est mis en tête de cultiver les sols en utilisant moins de produits chimiques. Après quelques années, l’agriculture biologique m’est apparue comme une évidence. Depuis 1990, je m’engage à produire des aliments bénéfiques à la santé de l’environnement, des animaux et évidemment de l’être humain. C’est également l’avenir de l’agriculture. Pour survivre en tant qu’agriculteur, il faut se démarquer des «grosses productions». De plus, l’agriculture biologique est soutenue financièrement car, en Wallonie, on avait le souhait d’atteindre les 10% de productions d’appellation «bio».

« Vers quels produits biologiques vous êtes – vous orienté ?»

– M V.D. : On propose divers services à nos clients. Cela passe de la crèmerie (lait cru, beurre, fromage frais, yaourt, crème glacée, fromage à pâte molle), à la boucherie (viande de boeuf, porc, mouton, volaille), en passant par le maraîchage (légumes, pommes de terre, pommes et jus). Depuis 2006, afin d’écouler nos matières premières, nous proposons également la vente de plats préparés (quiches, lasagnes, …).

«Vu la diversité de vos produits d’appellation «biologique», cela impose-t-il beacoup plus de travail que dans le cadre d’une production conventionnelle?»

– M V.D. : Non, cela n’impose pas plus de travail. Il faut arrêter de croire que l’appellation «biologique» exige le travail à la main. De nos jours, de plus en plus de machines sont adaptées au travail «bio». Dans le passé, beaucoup de gens vaquaient dans les fermes. Actuellement, l’agriculture biologique crée de l’emploi car il faut, entre autres, s’occuper des animaux. Par exemple, les volailles sont achetées à 1 jour. Ensuite, à nous de les soigner et de les nourrir afin d’obtenir des aliments respectant les règles imposées. Ce n’est pas non plus, plus difficile de produire en respectant l’environnement car c’est avant tout une motivation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *