OFF
ON
Boxed
La châtaigne… 1, 2, 3 nous irons au bois

La châtaigne… 1, 2, 3 nous irons au bois

La châtaigne a toujours été pour moi le signe que l’automne approchait. Une saison où, tout comme au printemps, nous sommes captivés par la couleur des feuilles qui change ou les odeurs plus prononcées des espaces verts mais parfois décontenancés par le temps plus capricieux.

Lorsqu’ on remarque ces petites choses, on se connecte à la nature et à soi-même.

Châtaigne versus marron

Attention, certaines variétés de châtaignes seront aussi appelées « marrons ». Or les fruits du marronnier (marron d’Inde), que l’on trouve dans les villes, portent également le nom de « marrons » et présentent une enveloppe hérissée de piquants similaire à ceux des châtaignes. Il convient d’être vigilant car les marrons du marronnier sont toxiques. On distinguera le marron type châtaigne d’un marron d’Inde grâce à leur forme (le marron d’Inde est généralement plus gros et plus rebondi) et à la queue de la châtaigne (la « torche ») que l’on ne trouve pas sur un marron d’Inde.

châtaignes

Riche en hydrates de carbone

Riche en glucides, la châtaigne a longtemps été une source d’alimentation importante. On appelait d’ailleurs le châtaignier « l’arbre à pain ». C’est un des aliments les plus riches en hydrates de carbone que nous offre la nature. Fraîche, elle est composée de 35 % de glucides et est comparable aux légumes secs et céréales. Il s’agit surtout d’amidon, un sucre de réserve, parfaitement digeste, qui se libère doucement, ce qui évite une élévation trop rapide de la glycémie. Le taux de sucre du fruit évolue dans le temps et est plus important quelques semaines après la récolte. La farine de châtaigne contient plus de 75 % de glucides.

La châtaigne contient aussi de la vitamine C ainsi que des vitamines du groupe B (B1, B2, B6 et B9), comparables à celles du blé.

Elle est une bonne source de certains minéraux, tel que le potassium, suivi du phosphore, du fer, du magnésium, et du calcium ainsi que d’oligo-éléments comme le cuivre, le manganèse et le zinc.

Mis à part son côté très nutritif, la châtaigne a des effets intéressants sur l’organisme.

Tonifiant musculaire, son emploi est indiqué dans les états de fatigue physique (sportifs et travailleurs manuels) ainsi que de dénutrition ou encore durant les périodes de forte croissance chez les enfants.

En cas d’affections cardio-vasculaires, sa haute teneur en potassium contribue à éviter l’hypertension artérielle. Son taux faible en graisses et sodium permet aussi de lutter contre l’artériosclérose.

Des bienfaits très intéressants

Grande alcalinisante, la châtaigne aide l’organisme à tamponner en partie l’excès d’acide dans le sang. Ceci est intéressant en cas d’insuffisance rénale mais également auprès des personnes fort stressées.

Grâce à son effet astringent sur l’organisme et régulateur du transit intestinal, la purée de châtaigne a sa place à côté de la purée de carottes en cas de diarrhées.

La châtaigne est aussi un aliment à recommander aux femmes allaitantes  car ce fruit est galactogène (augmente la sécrétion de lait) tout en apportant de nombreux nutriments intéressants pour les femmes dans cette situation.

Les châtaignes se consomment grillées (sous la cendre chaude, sur un feu dans des poêles trouées ou au four) mais également cuites à l’eau, à la vapeur ou encore crues. Si vous souhaitez des châtaignes rôties au four, pratiquez une incision dans l’écorce avant de les rôtir pour éviter qu’elles n’éclatent à la chaleur et ne tapissent tout votre four !!

Elles peuvent aussi être confites au sucre et cristallisées (marrons glacés, qui se vendent surtout en fin d’année), mises dans de l’alcool, ou encore cuites en confiture, en purée à tartiner ou à incorporer dans des gâteaux.

Séchées, puis moulues, elles donnent une farine au goût plutôt sucré, sans gluten mais qui est difficilement panifiable. Mélangée à de la farine de froment ou de riz, elle peut servir à faire des crêpes et des pâtisseries.

Dans certains magasins bio, on trouve des châtaignes en conserve qui pourront être utilisées pour différentes préparations. Mais en saison, profitez de l’occasion pour aller vous balader en famille et en ramasser sur votre passage.

La châtaigne doit être bien brillante et lourde dans la main. Assurez-vous, en la touchant, que l’écorce ne soit pas décollée de la chair.

Les châtaignes se conservent dans le bac à légumes du réfrigérateur. Pour les conserver plus longtemps, immergez-les dans une cuve remplie d’eau pendant 5 à 9 jours, en renouvelant l’eau au quotidien et en les remuant. éliminez toutes celles qui flottent ainsi que les fruits noirs ou mous. Après trempage, étalez-les dans un endroit bien ventilé jusqu’au moment où en début de journée, elles n’auront plus de traces de condensation nocturne. Vous pourrez alors les stocker dans un local frais et aéré (pas dans une cave) puis les remuer de temps en temps pour les aérer.

Pour consommer une châtaigne, il faut bien évidemment la défaire de son écorce dure, mais il faut également, pour faciliter l’épluchage, inciser le fruit sur son côté large en partant de la base claire ; plongez-les 3 minutes dans l’eau bouillante et rincez-les ensuite à l’eau froide. Vous pourrez ainsi enlever la fine peau intérieure qui donne un goût fort amer et astringent.

Maddy Lecomte 

Pour plus d’informations :
maddy.lecomte@gmail.com ou 0476/525169

Maddy Lecomte est naturopathe (diplômée Cenatho), formée en micronutrition par le Dr Curtay (formation CFNA), formée au Living Food Lifestyle® (formation Ann Wigmore Natural Health Institute Puerto Rico), Partenaire et Coach certifiée SwissJump®/Bellicon®.

Son objectif : Vous aider à oser le saut vers la vitalité et la santé. à cet effet, elle propose des consultations individuelles ainsi que divers cours (Cuisine Santé, trampoline SwissJump), du massage bien-être et de la réflexologie plantaire
sur Watermael-Boitsfort.