OFF
ON
Boxed
Rechercher
La grenade, rubis de l’automne

La grenade, rubis de l’automne

396065_granat_frukt_eda_4500x3000_www-gdefon-ru_Fruit du grenadier, la grenade est cultivée depuis plus de 5000 ans en Asie occidentale. Aujourd’hui, on la trouve dans de nombreuses régions tropicales et subtropicales sèches en Europe, en Afrique et en  Asie, de même qu’en Amérique, depuis la Californie jusqu’au Chili.

Récolté de septembre à décembre, c’est donc maintenant que l’on peut profiter pleinement de ce fruit. Avec ses petites graines pulpeuses, il apporte une touche de croquant, de sucré, d’acidulé, de fantaisie… et de santé à nos préparations.

Sa forme est ronde, de la taille d’une belle pomme. Sa peau est ferme et brillante et, avec le temps, elle passe du vert au rouge rubis. L’intérieur du fruit est divisé par plusieurs parois qui forment des loges dans lesquelles se trouvent de nombreuses petites graines triangulaires. La partie comestible du fruit est formée de l’arille, une enveloppe charnue de couleur rouge vif qui entoure chaque graine. Cette enveloppe est tellement juteuse qu’elle éclate à la moindre pression… et attention ça tache ! Chaque fruit peut contenir environ 400 arilles.

Sur le plan nutritif, ce fruit contient une quantité d’hydrates de carbone (sous forme de sucres) supérieure à celle de la plupart des fruits. Côté vitamines, la grenade est surtout riche en vitamines C, E et B6. Elle contient également des quantités significatives de B1, B2, B3, B5 et B9. Parmi les minéraux, celui le plus présent dans ce fruit est le potassium.

Fruit protecteur

Historiquement, la grenade était utilisée pour traiter les maladies gastro-intestinales et les affections parasitaires, y compris le ver solitaire et le ténia. Aujourd’hui, la grenade attire l’attention des scientifiques du monde entier en tant qu’agent protecteur contre les maladies cardiovasculaires et le cancer. Ce fruit se retrouve en effet en tête de liste quant à son contenu en polyphénols, ces substances qui agissent comme des anti-inflammatoires et antioxydants naturels puissants qui combattent les radicaux libres, réduisent le vieillissement et freinent la dégénération cellulaire.

Même si les graines de grenade renferment une quantité élevée d’antioxydants, le jus en contient davantage. Comme le fruit entier est pressé, le jus se trouve enrichi des antioxydants présents dans les membranes blanches qui entourent les graines. N’hésitez donc pas à en acheter mais vérifiez cependant leur teneur en sucres ajoutés !

Plusieurs études scientifiques ont démontré les effets positifs de la grenade sur les maladies pro-inflammatoires comme le surpoids, le syndrome métabolique, le diabète ainsi que les maladies cardiovasculaires et cancers, qui sont en fait la conséquence d’une inflammation chronique, non traitée et qui s’est aggravée.

Le jus de grenade diminuerait les lésions d’athérosclérose. Il s’agit de l’épaississement progressif des artères coronaires en raison de l’accumulation de dépôts graisseux provoquée par l’hypertension, le stress oxydatif et le cholestérol. Il réduirait aussi le LDL cholestérol athérogène, aurait un effet anti-agrégant plaquettaire et améliorerait l’irrigation sanguine du myocarde.

Selon le Professeur Louis Ignarro (Prix Nobel de médecine en 1998, dont les découvertes ont mené à la mise au point du Viagra), le jus de grenade serait aussi le produit naturel le plus puissant pour améliorer un dysfonctionnement érectile.

Le jus de grenade agirait également sur les problèmes d’arthrites en freinant les facteurs qui attaquent le cartilage.

Cancer de la prostate

En ce qui concerne le cancer, les études cliniques sur les humains sont à leur début. Mais il semblerait que la grenade inhiberait la prolifération des cellules cancéreuses ainsi que leur croissance (poumon, côlon, prostate), qu’elle stimulerait l’apoptose des cellules cancéreuses et qu’elle inhiberait l’angiogenèse. C’est sur le cancer de la prostate que les effets ont été les plus probants jusqu’à maintenant.

Il existe également du jus de grenade fermenté, qu’on trouve dans le commerce sous le nom d’élixir de grenade. Grâce à la fermentation, la bioactivité et la biodisponibilité des polyphénols contenus dans la grenade sont accrues.

Mais comment la consommer mis à part le jus ? Simplement comme un fruit. Beaucoup de personnes n’en mangent pas à cause de la difficulté rencontrée pour extraire ses graines. En réalité, il suffit de couper la grenade en deux, puis de tapoter vivement la peau avec une cuillère. Personnellement, je la coupe en quatre quartiers et j’enlève les graines. Certes, ça prend un peu de temps mais ça en vaut la peine !

On peut rajouter les arilles à une salade de fruits ou de verdures. Ou en agrémenter un plat de gibier ou de volaille ou encore des céréales telles que le riz, le blé ou le boulghour. Cuite, la grenade perd de son acidité et se fait plus moelleuse.

La grenade peut également être la base d’une sauce et/ou d’un coulis acidulé-sucré. En fait, la grenade est un excellent substitut hivernal aux fruits rouges estivaux.

Pour information, la grenadine d’antan était réalisée à base de grenades. Ce fruit étant trop compliqué à peler, la grenadine d’aujourd’hui est faite à base de fruits rouges. Pour retrouver le vrai goût du sirop de grenadine, il suffit de porter à ébullition la même quantité de jus de grenade que de sucre, et d’ajouter hors du feu quelques gouttes de citron.

Et pour finir sur une touche originale, on peut rajouter quelques arilles pour égayer une coupe de champagne.

A votre santé !

Maddy Lecomte

Naturopathe (diplômée Cenatho), formée en micronutrition par le Dr Curtay (formation CFNA), formée au Living Food Lifestyle® (formation Ann Wigmore Natural Health Institute Puerto Rico), Partenaire et Coach certifiée SwissJump®/Bellicon®.

Son objectif : Vous aider à « Oser le Saut vers la Vitalité ». Sur Watermael-Boitsfort, elle vous propose des consultations individuelles, divers cours (Cuisine Santé, trampoline SwissJump), du massage bien-être et de la réflexologie plantaire.  


maddy.lecomte@gmail.com
0476/525169