OFF
ON
Boxed
Un retour d’âge plus fluide grâce  aux bourgeons

Un retour d’âge plus fluide grâce aux bourgeons

C’est en moyenne autour de 50 ans que les femmes entrent dans la ménopause. Il n’y a plus de règles et un nouvel équilibre hormonal doit se mettre en place. Pendant cette période, des symptômes gênants de retour d’âge peuvent survenir. Heureusement, dans la gemmothérapie, de jeunes pousses et bourgeons peuvent apporter un soulagement remarquable.

Le framboisier pour l’équilibre hormonal

La cause principale des symptômes désagréables de la ménopause chez les femmes est la réduction drastique de la production d’œstrogènes par les ovaires. Afin de combler cette perte et surtout, afin d’obtenir un équilibre hormonal optimal, les jeunes pousses du framboisier (Rubus idaeus) peuvent être utilisées.

Elles agissent sur le système nerveux autonome, de sorte que les sécrétions hormonales de l’hypophyse antérieure soient mieux contrôlées. Cela se traduit par des symptômes ménopausiques moins désagréables tels que la transpiration (nocturne) excessive, les bouffées de chaleur, les sautes d’humeur et une baisse de la libido. La framboise a aussi une affinité pour les organes pelviens de la femme et réduit le risque de tumeurs utérines bénignes.

L’airelle soutient les œstrogènes

Dans un complexe gemmothérapeutique contre les troubles ménopausiques, les jeunes pousses de l’airelle rouge (Vaccinium vitis-idaea) ont également leur place. Celles-ci exercent notamment un léger effet « œstrogen-like » et peuvent, par leurs capacités antioxydantes, protéger les cellules des organes génitaux, et aider à soulager ainsi les troubles ménopausiques généraux tels que les sueurs nocturnes et les bouffées de chaleur. De plus, les jeunes pousses de l’airelle rouge ont une influence positive sur les tissus des organes reproducteurs et sur les os, ce qui réduit le risque d’apparition de tumeurs utérines bénignes et d’ostéoporose post-ménopausique.

Le bouleau draine le corps

Les bourgeons du bouleau (Betula pendula) peuvent également contribuer à un meilleur bien-être de la femme pendant la ménopause. En favorisant la production d’urine et l’excrétion d’acide urique et en stimulant la détoxification du foie, le métabolisme est soutenu et l’excès en liquide et en déchets est éliminé. De plus, ces bourgeons aident aussi à rétablir l’équilibre hormonal : notamment en soutenant les glandes surrénales dans la production, entre autres, de plus d’œstrogènes, nécessaire parce que les ovaires ne les produisent plus. Cela fait du bien au niveau énergétique général, avec également moins de risque de souffrir de dépression et de frigidité.

La vigne renforce les tissus conjonctifs

Après la ménopause, l’ostéoporose ou la perte osseuse s’accélère souvent chez la femme. Heureusement, les bourgeons de la vigne rouge (Vitis vinifera) peuvent, entre autres en soutenant l’absorption de calcium et en stimulant les ostéoblastes constructeurs des os, freiner cette ostéoporose post-ménopausique. Ils exercent d’ailleurs également un effet positif sur les autres tissus conjonctifs, ce qui réduira l’apparition de symptômes dégénératifs dans les ovaires et dans l’utérus.

Dr Geert Verhelst