OFF
ON
Boxed
Le flux menstruel instinctif : une douce utopie ?

Le flux menstruel instinctif : une douce utopie ?

Le flux menstruel instinctif, souvent appelé « flux libre instinctif » est une pratique qui consiste à ne plus porter de protections hygiéniques lors des règles, mais à évacuer le sang menstruel aux toilettes. Vous pensiez connaître votre corps ? Vous n’êtes pas au bout de vos surprises. 

Un phénomène impossible ? 

« Impossible n’est pas français » dit le dicton. Or si des rumeurs affirment que le flux libre est originaire des états-Unis, c’est dans les pays francophones que cette pratique a le vent en poupe. Les détracteurs du « FLI » mettent en avant le fait qu’il est impossible de contrôler l’écoulement du flux menstruel car le vagin n’est pas pourvu de sphincter et le col de l’utérus n’en est pas un. C’est tout à fait juste. Retenir le sang comme on retient l’urine ou les selles n’est pas possible. Mais ressentir à quel moment le sang doit être évacué et contracter légèrement le périnée le temps d’aller aux toilettes est par contre un apprentissage auquel chacune peut s’essayer. Avant de commencer, il est important de prendre conscience que toute personne est différente et qu’il n’y a donc pas de schéma d’apprentissage standardisé qui correspondrait à toutes. Le temps nécessaire pour « maîtriser » le FLI peut varier. Certaines femmes se sentiront à l’aise au bout de deux cycles, mais la plupart d’entre elles témoignent avoir besoin de neuf mois à un an pour se sentir tout à fait assurées. Les résultats obtenus divergent également : du « zéro tache » à la serviette lavable qu’on porte « au cas où », en passant par la petite tache dans la culotte.

Concrètement, comment s’y prendre ?

La plupart des adeptes du FLI conseillent de commencer chez soi, au calme, au début ou à la fin des règles, lorsque le flux est peu abondant, avec des vêtements que l’on n’a pas peur de tacher. Une telle situation permet d’être détendue et plus à l’écoute de son corps. Mais encore une fois, les conditions idéales dépendent probablement de votre caractère. J’ai lu plusieurs témoignages de jeunes femmes ayant maîtrisé très rapidement le FLI après l’avoir pris comme un défi. Parties travailler ou assister à leurs cours pendant une journée complète sans protection, leurs corps avaient inconsciemment « pris le relais » sans qu’elles aient à se préoccuper de leurs règles. Leur sang s’écoulait aux toilettes quand elles pouvaient prendre une pause.

Le FLI est-il réservé aux femmes ayant un flux peu abondant ? Les témoignages auxquels j’ai eu accès ne vont pas tous dans ce sens. Pour certaines femmes, percevoir la descente d’un flux abondant et contracter le périnée est facile, alors qu’elles éprouvent des difficultés à ressentir le flux plus léger des derniers jours. Pour d’autres, il est fatigant d’aller régulièrement aux toilettes les jours les plus abondants alors qu’elles n’ont même pas à réfléchir au début et à la fin des règles. Il en va de même pour la nuit : nombreuses ont été surprises de découvrir que sans protections hygiéniques, elles ne perdaient pas une goutte de sang lorsqu’elles dormaient et que leur flux s’écoulait en quantité le matin au réveil. D’autres vont se réveiller la nuit avec l’envie d’aller aux toilettes, un ressenti à suivre absolument si on veut garder ses draps propres ! Le flux libre offre de nombreux avantages à celles qui l’adoptent : meilleure connaissance de soi, de son corps et de ses besoins. Si l’aventure vous intrigue, laissez-vous tenter ! Quel que soit le résultat, vous en ressortirez riche d’informations sur vous-même.

Vous pouvez approfondir cette thématique sur le blog lasaisonsdesfraisesblog (articles « FLI ») et sur le groupe facebook « Flux Libre Instinctif ».

 

Clémentine Couplet

Clémentine Couplet organise régulièrement des projections de documentaires dont certains consacrés aux règles et à la maternité. 

Toutes les infos sur sa page Facebook « Clem en liberté »