OFF
ON
Boxed
« Pour être heureux, il faut le bon mode d’emploi !»

« Pour être heureux, il faut le bon mode d’emploi !»

Isabelle Filliozat est devenue psychothérapeute et écrivain dans le même temps (son mémoire ayant été publié en librairie). Cette Française d’expérience – déjà 35 ans de métier – n’a, depuis, plus lâché la plume, tout en animant des conférences et formations sur le thème de l’enfance, de la parentalité, de la gestion des émotions, de la joie… Rencontre avec une personne qui transmet le bonheur… et le pratique !   

Isabelle Filliozat, vous avez publié à ce jour 18 livres, dont 3 best-sellers. Qu’est-ce qui fait courir vos doigts sur le clavier ?  

Mon objectif est de mettre mes outils psychothérapeutiques au service de tous, plutôt que d’une seule personne en face à face. Cela a tellement plus d’impact ! Mon premier best-seller, « Trouver son propre chemin », s’est écoulé à 7 000 exemplaires. écrire me permet de toucher beaucoup plus de monde.

Une bonne part de vos ouvrages, conférences et ateliers font référence aux enfants et à la parentalité. En 2017, de quoi l’enfant a-t-il besoin pour être épanoui ? 

Certains besoins de base demeurent identiques quelle que soit l’époque. Il s’agit de l’attachement, de l’exploration, de la liberté et du fait de sentir de quoi on est capable. A contrario, certaines choses ont évolué. Les enfants d’aujourd’hui aspirent surtout à la disponibilité totale de leurs parents. Ces derniers sont fort occupés, que ce soit par leur boulot, le temps passé dans les transports, les écrans… ou le stress ! Les enfants sont eux aussi surexposés aux écrans. La réponse des parents va souvent dans le sens du « tout » ou « rien ». Ce n’est pas l’idéal. Les nouvelles technologies ne sont pas forcément mauvaises si elles sont utilisées intelligemment. La réponse est de leur apprendre à utiliser correctement leurs tablettes et Smartphones afin qu’ils ne tombent pas dans la dépendance, et ne soient pas exposés à la violence ou la pornographie…

Et d’un point de vue physique, santé ?

Les enfants d’aujourd’hui sont contraints à rester assis sur une chaise une bonne partie de la journée. Or, pour s’épanouir, ils ont besoin d’espaces verts, de courir, de grimper aux arbres… Rester immobile sur un banc leur est dommageable physiquement, mais aussi psychiquement. En effet, l’activité physique multiplie par deux la circulation sanguine dans les jambes, mais également dans le cerveau, ce qui favorise la concentration et la mémorisation. Les enfants qui demeurent assis trop longtemps explosent à la récréation : ils hurlent, se battent… Au Japon, une école où les élèves bougent tout au long de la journée a été créée. Résultat : il n’y a plus aucun conflit ! Un exemple à suivre…

L’épanouissement de nos têtes blondes passe également par la nutrition…

Oui, tout à fait ! La nourriture actuelle est très appauvrie en oméga 3 et en vitamines. On y trouve en revanche trop de sucres, d’édulcorants, et de colorants. De nombreux enfants y sur-réagissent et développent une hyperactivité et/ou un déficit de l’attention. Or, une alimentation saine est essentielle à leur bien-être !

Vos ouvrages traitent aussi du bonheur à l’âge adulte, de la faculté à bien gérer ses émotions…

Il faut savoir que 90% de ce que nous considérons comme étant des émotions sont en réalité des réactions émotionnelles parasites. Dès que nous exprimons de « vraies » émotions, elles se libèrent en l’espace de quelques secondes. Les réactions parasites, en revanche, s’amplifient lorsqu’on les exprime. Par exemple, si j’ai peur de l’ascenseur et qu’il tombe en panne, plus je hurlerai, plus j’aurai peur. La clé est de pouvoir identifier les vraies émotions et décoder ce qui se cache derrière les réactions parasites. Il s’agit souvent d’une émotion restée bloquée à un stade de notre vie.

Et vous, Isabelle Filliozat, êtes-vous heureuse ? Si tel est le cas, quel est votre secret ?

Oui, je suis profondément heureuse ! Ma recette est assez simple. Tout d’abord, je ne me couche jamais sans avoir résolu un conflit, surtout avec ma famille proche. Si je râle dans la cuisine parce que je prépare seule les repas, je vais immédiatement expliquer à mon mari ce que je ressens, plutôt que de lui tomber dessus plus tard pour une raison factice. D’un point de vue physique, je pratique la méditation, je bouge une heure par jour via différents sports, je vis à la campagne, je débranche le wifi la nuit, je travaille debout (même à l’ordinateur)… et je mange bio !

Avez-vous l’impression de remplir votre « mission de vie » ?

Oui, car j’apporte de la matière aux gens pour les aider à être plus heureux avec eux-mêmes et avec les autres, que ce soit via mes conférences, livres ou ateliers. Personne n’est foncièrement mauvais, mais les gens (se) font du mal car ils ne savent pas comment agir autrement. Je ne suis jamais aussi heureuse que lorsque des gens viennent me remercier parce que, grâce à moi, ils ont cessé de maltraiter leurs enfants ou ont appris à faire des câlins. J’ai la conviction que pour atteindre le bonheur, il faut le bon mode d’emploi… Et c’est ce que je m’efforce de transmettre !

 

Virginie Stassen

Infos : www.filliozat.com