OFF
ON
Boxed
Rechercher
L’accès au régime végétarien est-il facile ?

L’accès au régime végétarien est-il facile ?

L’alimentation végétale gagne de plus en plus en popularité : le pourcentage total des végétariens/végétaliens grimpe doucement – contrairement aux flexitariens, qui composent maintenant 15% de la population belge. 

Le flexitarisme consiste à réduire au maximum sa consommation de viande (rouge et blanche) sans pour autant l’arrêter.

Pourquoi ne pas devenir végétarien ?

Nombreuses sont les personnes intéressées par le végétarisme/végétalisme sans toutefois s’y aventurer, ou alors revenant vers les anciennes habitudes après une période de l’alimentation végétale. Pourtant, selon de nombreux médecins et professionnels de santé, le régime à base de végétaux peut convenir à tous (par exemple, l’Association Américaine des Diététiciens, qui l’a confirmé à nouveau en 2016). Malheureusement, sur le terrain belge, beaucoup de facteurs sont présents pour entraver la progression vers le végétarisme/végétalisme.

A l’extérieur 

Socialement parlant, certains pourraient se sentir exclus. En Amérique, 15% des personnes ayant tenté l’alimentation végétarienne sans succès, retournent au régime omnivore suite à des causes sociales. En effet, bien que la population s’ouvre de plus en plus vers la cuisine végétale, et que l’on se sent de mieux en mieux accueilli, le manque de restaurants et de restauration rapide à tendance végétale se fait sentir, surtout dans les petites villes. Les alternatives végétales dans les restaurants traditionnels ne sont pas toujours présentes ou bien réfléchies. Toutes ces choses font que certains ne se sentent pas à l’aise dans ce régime et n’arrivent pas à garder la même vie qu’avant.

Chez soi 

Les magasins bio proposant des alternatives végétariennes/végétaliennes se font de plus en plus nombreux, mais le coût des substituts de viande est élevé et la diversité n’est pas au rendez-vous (face à l’offre en Allemagne, par exemple). Mais attention aux idées reçues : manger végétal n’est pas synonyme de manger cher ! Les légumineuses, les céréales complètes et les denrées peu transformées (tofu, tempeh) sont tout à fait accessibles niveau prix. Les oléagineux achetés en vrac, les légumes et fruits bio et de saison sont généralement moins chers et un autre conseil : mettez la main à la pâte ! Le seitan, les fromages végétaux seront moins couteux et plus savoureux si vous les faites vous-mêmes. Et qu’est-ce qu’on se sent fier une fois dégusté le fruit de notre travail !

Avec sa santé 

Nombreux sont également ceux qui n’osent pas se lancer dans l’alimentation végétarienne/végétalienne de peur d’avoir des carences ou de mal compenser la viande. Là encore, cela ne devrait pas être un obstacle insurmontable : nombreux sont les sites et les associations prêts à vous tendre la main. Et si vous souhaitez des conseils plus spécifiques, ou vous rassurer davantage, les professionnels de santé – dont les diététiciens – sont là pour vous conseiller au mieux. Au bout de quelques mois, vous jonglerez avec les aliments inconnus jusqu’ici, sans vous soucier de carences.

Choisir un régime végétarien ou végétalien est une démarche personnelle qui peut prendre du temps. Si vous avez des questions pour votre santé, de nombreux professionnels peuvent vous aider. Si vous avez peur de ne pas savoir cuisiner, il existe de plus en plus de livres de recettes et de cours de cuisine spécialisés. Et grâce à des associations, vous pouvez rencontrer d’autres personnes qui sont déjà passées sur ce chemin et qui pourront répondre à vos questions et vous accompagner.

 

Sarah Leprêtre

Nutritionniste diplômée CFD

mon-assiette-bien-etre.com

Yulia Stepanenkova

Diététicienne-Nutritionniste

Agréée INAMI

Diplômée de l’Institut Paul Lambin, Bruxelles

Sources :

Childers, M.& Herzog, H. (2009). « Motivations For Meat Consumption Among Ex-Vegetarians. Meeting of the International Society for Anthrozoology.

Study of Current and Former Vegetarians and Vegans » ; Humane Research Council 2014