OFF
ON
Boxed
Protéines végétales et fausse croyance

Protéines végétales et fausse croyance

Lorsque quelqu’un annonce qu’il souhaite devenir végétarien, l’une des premières questions qu’il entend est : « mais où vas-tu trouver tes protéines ? » En effet, dans l’imaginaire collectif, la viande et le poisson sont de très bons pourvoyeurs de protéines et sont même les seuls. Pourtant, même en excluant les œufs et les produits laitiers, il y a peu de chances que vous manquiez de protéines. Car il existe des protéines végétales ! 

Sont-elles aussi bonnes pour le corps ? Où les trouve-t-on ? On vous explique tout !

Qu’est-ce qu’une protéine ?

Les protéines sont des nutriments que l’on trouve dans les aliments. Ce sont de grosses molécules indispensables au bon fonctionnement de notre corps. Comme on l’entend souvent, les protéines servent à fabriquer les muscles. Mais pas seulement ! En fait, toutes les cellules de votre corps (que ce soit dans un cheveu, un rein ou un orteil) sont construites avec des protéines. Certaines ont même un rôle d’enzyme ou d’hormone. Donc, nous sommes tous d’accord pour dire qu’on en a besoin.

Si on les regarde de plus près, nous verrons que les protéines sont constituées d’acides aminés. Il en existe 22 qui sont comme des perles que l’on enfile sur un collier. Chaque collier formé sera une protéine et dès que l’on change l’ordre des acides aminés, la protéine change et a un rôle différent.

Presque tous les acides aminés peuvent être fabriqués par le corps sauf 8 d’entre eux que l’on appelle « les acides aminés essentiels ». Aussi importants que les autres, nous les apportons à notre corps grâce à l’alimentation. Ainsi certains aliments les contiennent tous en proportions suffisantes mais d’autres ont un ou plusieurs acides aminés en trop petites quantités pour couvrir nos besoins, on dit qu’ils sont alors déficients.

Protéines végétales

Mais où peut-on trouver les protéines ? Bonne nouvelle : quasiment dans tous les produits d’origine végétale ! à proportion certes très variable : par exemple, 25 g pour 100 g de lentilles sèches, 4 g/100 g pour le chou de Bruxelles ou 40 g/100 g de la farine de soja !

En comparaison avec les protéines animales, les protéines végétales proviennent donc d’aliments riches en d’autres nutriments nécessaires à une bonne santé : citons la vitamine C pour les légumes et les fruits, le fer et le zinc pour les légumineuses et céréales complètes, les fibres, le potassium, les antioxydants, beaucoup d’eau… Pour peu de calories, d’acides gras saturés et trans, de sel et de cholestérol. Les protéines végétales sont moins acidifiantes par rapport aux protéines animales, n’engendrant pas d’acidose des tissus (et donc lésions rénales, fatigue, déminéralisation osseuse…)

Conclusion : 

Les protéines végétales sont tout aussi nourrissantes et efficaces que les protéines animales. Grâce à elles, nous gagnons en termes d’efficacité environnementale, sociale et de santé.

Mangez-en le plus possible !

Sarah Leprêtre

Nutritionniste, Diplômée CFD

www.mon-assiette-bien-etre.com

Yulia Stepanenkova

Diététicienne-Nutritionniste, Agréée INAMI

Diplômée de l’Institut Paul Lambin, Bruxelles

 

Références : https://pro.anses.fr/tableciqual/ – Swiss Med Wkly. 2016 Feb 22; « The role of low acid load in vegetarian diet on bone health: a narrative review » Burckhardt P.