Le Sommet de la Transition

La transition des femmes, prélude indispensable à la transition écologique. A la mi-novembre se déroulera sur le web un sommet composé d’une série d’entretiens ayant pour but d’inciter les femmes à opérer leur propre transition comme un prélude à la transition écologique dont nous avons tous besoin pour freiner le processus en cours.

De nombreuses personnalités de renom y participent, apportant leur soutien à une cause qui concerne les femmes au premier chef. Quelques questions à Patricia Mignone, instigatrice de ce projet.
 

Patricia, tu es la créatrice de Tribu Zen ; parle-nous de cette communauté.
Tribu Zen est composée de nombreuses femmes déjà engagées au quotidien. Elles ont adopté cette dynamique de manière autonome sur base d’informations accessibles sur le web via des blogs et des articles.

Certaines sont très engagées au quotidien : alimentation locale faite maison, jardinage, mise en conserve, [presque] zéro déchet, réduction de la consommation, fabrication de ses produits d’entretien, de toilette et cosmétiques, adoption de la mobilité douce, minimalisme.

Certaines de ces femmes agissent aussi au niveau de leur communauté, de leur quartier, en participant à des jardins partagés, en gérant des repair cafés, en animant des ateliers, en lançant des écoles alternatives.

Tribu Zen est aussi composée de femmes qui ont conscience qu’il est grand temps d’apporter une contribution consistante et qui, pour diverses raisons, n’ont pas encore franchi le pas. Plus directement, j’aide les femmes sensibilisées et qui n’y parviennent pas, à se lancer grâce à une formation que j’ai créée avec mes étudiants et qui répond donc exactement aux besoins des personnes qui veulent s’y mettre. Cette formation permet de faire un reset mental et de ne pas regretter l’ancien mode de vie.

Qu’est-ce qui t’a donné l’envie de créer le Sommet de la Transition ?

Ce type d’événement met la communauté en effervescence : se concentrer sur un sujet pendant quelques jours permet de l’approfondir et de choisir de l’embrasser dans sa vie en sachant de quoi il s’agit.

De plus, on a affaire à des intervenants généreux, qui dégagent un amour et un dévouement qui ne peuvent que bouleverser.

C’est aussi un moyen de diffuser largement l’idée de la transition et de faire de la sensibilisation à grande échelle.

L’idée, c’est aussi que les personnes qui ont l’info relative au Sommet la fassent circuler de manière à ce qu’un maximum de gens y participent.

 

Pourquoi axer la notion de transition vers les femmes ?

On est face à un phénomène d’une ampleur telle que tout le monde doit le savoir : les femmes sont les principaux vecteurs de la transition.

En effet, tous les mouvements qui relèvent de la contribution reposent à minimum 70% sur les épaules de femmes.

Des exemples : le mouvement de la transition lui-même, celui des citoyens en faveur des migrants à Bruxelles, le mouvement végane porté par des blogs de cuisine animés à 95% par des femmes.

Du fait qu’à 80%, elles gèrent l’intendance domestique, les femmes tiennent le levier du changement entre leurs mains. Elles l’ignorent parce que, depuis des millénaires, le travail non rémunéré qu’elles effectuent au quotidien est minimisé, considéré comme sans valeur, y compris à leurs propres yeux.

En somme, les femmes sont aux avant-postes. Et elles doivent le savoir parce que ce combat-ci doit se jouer dans les maisons et, plus précisément, dans les cuisines.

Quelle est ta définition personnelle de la Transition ?

C’est le fait d’instaurer maintenant, ensemble, les conditions de notre résilience pour embrasser l’avenir de façon responsable. Il est temps de restaurer l’être ensemble, l’entraide, les rapports de bon voisinage, la bienveillance au niveau local pour construire ensemble l’avenir dont nous rêvons, avec ou sans le monde politique.

Tu as réalisé une série d’entretiens. Quelle est la personne qui t’a le plus marquée ?

Je vais plutôt mentionner trois noms de personnes qui m’ont bouleversée à des titres divers : Raphaël Lafontaine, le co-fondateur de 3 Pommes, un visionnaire puissant qui rend possible la résilience de nombreux jeunes qui, sans lui, auraient sans doute une vie difficile.

J’ai aussi été touchée par la tendresse de Julien Peron et la vision claire de Julie Dedry qui semblent tous deux être nés éveillés.


Quelles sont les autres personnalités qui participent au sommet ?

Il existe un lien organique entre sa propre transition à soi, la transformation de son lien aux autres et notre lien à la bio-sphère. Et certaines personnes ne parviennent pas à se lancer parce qu’elles sont bloquées du fait de leur mode de vie.

A côté des intervenants qui nous parlent frontalement de la transition écologique, j’ai donc choisi des personnes qui incarnent la transition de vie et la transition sociale : s’ils sont des modèles et véhiculent des messages qui inspirent, malgré leur envergure, la plupart de nos intervenants ont aussi connu des mutations existentielles qui les rendent très proches de nous.

Nous commençons par des sujets relevant de l’action et de la consommation avec Sylvie Kaye, Anne-Sophie Droulez, Lucienne Strivay et Julie Dedry. Avec Yannick Alain, Jean-Jacques Crèvecœur et Ilios Kotsou, nous passons à des sujets relevant plus de l’être, du rapport à soi, qui est indissociable du lien aux autres.

Le mouvement suivant nous permet d’aborder la charge mentale, le frein principal à la transition personnelle et écologique. Nos guides seront Danielle Bajomée, Isabella Lenarduzzi, Christiane Thiry et Maryse Lehoux.

L’amour et le couple figurent parmi les principaux leviers à mobiliser pour opérer une transition. Nous en parlerons avec Sophie Mercier, Jacques Mercier et Thomas d’Ansembourg.

Parce que l’avenir demande des adultes émancipés, responsables et bienveillants, nous parlerons d’éducation avec Julien Peron, Tarisayi de Cugnac, John Rizzo et Raphaël Lafontaine.

Enfin, last but not least, nous parlerons de transition écologique avec Rob Hopkins, le fondateur du mouvement, avec Mayliss François du Réseau Transition belge et avec Gauthier Chapelle complice de Pablo Servigne, la décision doit encore se prendre.

Quel(s) souhait(s) as-tu pour l’avenir ?

Je rêve qu’un maximum de gens découvrent le bonheur de la frugalité. Comme le dit Anne-Sophie Droulez, “less is more” : le dépouillement, c’est le vrai chemin vers notre richesse.

La consommation, c’est une affaire de femmes. Je rêve que les femmes prennent la responsabilité de chacun de leurs actes d’achats et renoncent, ou modifient ces choix quand leur intégrité, celle de leurs proches et celle d’autres êtres vivants est bafouée.

à partir du mois prochain, Patricia entrera dans le vif du sujet et vous proposera, à travers ses articles, des pistes pour vous guider. La transition est en marche !


Informations

Le Sommet aura lieu du 15 au 28 novembre via le web >
http://bit.ly/Sommet-Tr

Patricia Mignone
0478 43 68 48
Patricia@tribu-zen.com

Fanny Antoine

Fanny Antoine

Passionnée par la vie et par toutes les possibilités qu’offre celle-ci. Initiée à la naturopathie et curieuse de ne cesser d’élargir mes connaissances en matière de développement personnel et de santé naturelle. J’ai le bonheur d’être la rédactrice en chef du magazine BioInfo, dans lequel je mets toute mon énergie. Fanny@bioinfo.be