La Communication Profonde Accompagnée (CPA) s’invite en Belgique

Martine Garcin Fradet qui est à l’origine de cette approche a donné en Belgique une formation en cinq modules étalés de juillet 2017 à septembre 2018. Nous en avons profité pour lui poser quelques questions.

Qu’est-ce que la CPA ?

La CPA est une rencontre de cœur à cœur entre la personne facilitée et la personne accompagnante. Celle-ci est extrêmement centrée, alignée avec son être et à l’écoute de la personne qu’elle accompagne. Cette rencontre a lieu grâce à la syntonie qui s’installe autant dans le mouvement des mains sur le clavier de l’ordinateur que dans le ressenti. Des mots vont s’inscrire sur le clavier, des mots qui viennent de la personne facilitée et qui en même temps sont comme décodés par le cerveau de la personne facilitante.

Vous parlez souvent de la CPA comme d’une thérapie de l’être. Que voulez-vous dire ?

En pratiquant la CPA, le facilité a accès aux différents plans de conscience de la personne et cela va lui permettre de se mettre en lien avec son Être profond, avec son Âme, le SOI selon la terminologie de Jung, ce qui amène une harmonisation de la personne sur tous les plans.

Quelle est l’origine de la CPA ?

La CPA et une approche qui est née au confluent de trois rencontres : celle avec Pierre Weill qui est le pionnier de la psychologie transpersonnelle en France.

Ensuite la rencontre avec les constellations familiales et enfin la rencontre avec la communication facilitée qui a été mise au point en Australie par Rose-Marie Crossley. J’ai associé ces trois rencontres tout en gardant comme pivot la communication facilitée.

À qui s’adresse la CPA ?

Elle s’adresse à tout le monde : personnes communicantes et personnes privées de l’usage de la parole pour lesquelles la CPA est un moyen alternatif de communication. Elle va permettre d’avoir accès aussi bien à des besoins concrets qu’à des ressentis profonds.

Concrètement, comment se pratique la CPA ?

Avec ma main droite, en tant que facilitatrice, je vais accueillir la main gauche de la personne facilitée que j’accompagne. Nous allons travailler avec un clavier relié à un ordinateur et je vais accompagner un mouvement subtil qui vient de la personne.

Ce mouvement s’apparente au souffle de vie dont parlent les ostéopathes ou au mouvement sensoriel dont parle Danis Bois, le fondateur de la fasciathérapie. C’est un mouvement très subtil qui ne vient pas du tonus musculaire.

Que pouvez-vous nous dire de la posture de la personne qui pratique la CPA ?

Elle doit être attentive à être bien ancrée à la terre. Il est essentiel d’être dans le respect de la personne accompagnée et de son système de croyances, dans le respect du toucher, de l’accompagnement du geste, dans la mesure où nous travaillons paume de la main contre paume de la main. En médecine chinoise, la paume de la main est une annexe du centre énergétique du cœur et nous allons travailler à partir du plan de conscience du cœur.

Sur un plan éthique, la facilitatrice va être libre de tout esprit de curiosité et elle va inviter la personne qui l’accompagne à faire de même. Ce qui émerge est de l’ordre du ressenti mais pas de l’information.

Il semble que la CPA existe depuis la nuit des temps.
Les très jeunes enfants, si réceptifs au vécu de leurs proches, ont en eux la capacité de capter ce qui émerge du cœur de chacun.


Renseignements pratiques
Une nouvelle formation sera organisée en Belgique en 2019.
Six personnes de Belgique francophone sont actuellement formées et en supervision continue. Elles sont disponibles pour donner des séances de CPA.Pour toutes informations utiles, s’adresser à Agnès Jamar ou à Myriam Verstraeten.

www.communication-profonde.com

Références bibliographiques: livres de Martine Garcin en vente chez Myriam Verstraeten

Bio Info