?
?
4 couverts

 

Dans ce monde qui court plus vite que vous, pas évident de s’octroyer un temps d’arrêt. À moins d’être initié à la pratique de la pleine conscience ou encore de la méditation, entre le travail et la famille, on a l’impression de courir tout le temps. Et je vais vous faire une confidence… ce n’est pas qu’une impression.

C’est un peu comme quand les feux de signalisation sur la route sont en panne et clignotent en orange sauf que ça ne dure pas que quelques heures. Il n’y a plus de feu rouge pour vous arrêter ou arrêter les autres. Tout part dans tous les sens et lors d’un moment d’inattention, de fatigue, c’est l’accrochage. Le corps vous arrête net et vous êtes plaqué au lit avec une grippe ou un autre truc de saison. Dommage de devoir en arriver là pour se permettre une pause. Rares ou quasi inexistants sont les moments où nous permettons à notre esprit de vagabonder et de sortir des « to do » listes. Et pourtant, 5 minutes de vagabondage par jour permettraient d’être bien plus productif dans tout ce que nous entreprenons durant la journée. Si vous faites partie de ceux qui ne peuvent pas s’arrêter à moins d’avoir une bonne raison, je vous dirais que c’est la pause gourmande qui s’impose… et ça tombe bien, avec les fêtes qui approchent à grands pas.

Voici une recette facile, rapide, saine et savoureuse qui vous donnera une belle raison de vous poser et de savourer une pause bien méritée.


Ingrédients

  • 200g de lentilles roses germées 36 à 48h
  • 20g de gingembre haché fin
  • Fleur de sel selon le goût
  • 1 pointe d’ail écrasé et haché fin
  • Curry doux selon le goût
  • 4 c.à s. d’algues dulse en paillettes
  • 4 oignons rouges moyens à petits en brunoise (petits cubes)
  • Piment selon le goût
  • 4 à 8 c.à s. d’huile d’olive
  • 1 filet de jus de citron
  • 1 botte de coriandre hachée fin ou 1 ravier de coriandre germée
  • 1 Fleur de sel selon le goût
  • 1 scarole coupée en huit dans la longueur
  • 4 oignons rouges moyens à petits en lamelles
  • 1 c. à s. rase de graines de cumin entières
  • 1 petit céleri rave pelé en gros dés
  • Fleur de sel selon le goût
  • Le jus d’1 citron
  • 4 à 6 c.à s. rases d’huile d’olive crue

Préparation

  • Broyez grossièrement les lentilles germées au blender à petite vitesse ou écrasez-les avec un rouleau à pâtisserie.
  • Assaisonnez avec la garniture aromatique, tassez dans des cercles ou des bols huilés et cuisez 20 à 25’ à la vapeur.
  • Cuisez les légumes de la sauce cuite 18’ à la vapeur et mixez à haute vitesse avec les autres ingrédients, le jus de cuisson et éventuellement un peu d’eau bouillante pour la consistance.
  • Réservez au chaud et cuisez la scarole et les oignons 15 à 18’ à la vapeur.
  • Assemblez les ingrédients de la sauce crue et mélangez-les bien.
  • Dressez la sauce cuite sur le fond d’assiettes préchauffées, les légumes en haut et le gâteau de lentilles en bas.
  • Nappez la sauce crue et servez.

Commentaires

Pour cette recette en version carnée, vous pouvez remplacer les lentilles par du haché porc et bœuf à condition de le trouver “nature” car généralement les bouchers l’assaisonnent pour la conservation et l’aspect visuel ; l’idéal serait de hacher la viande vous-mêmes si vous disposez d’un hachoir électrique ou, à défaut, de demander de le réaliser à la minute et devant vous.

La cuisson à la vapeur convient assez bien à ces viandes hachées et dans le réceptacle à jus de votre cuiseur vapeur, vous pourrez récupérer un délicieux bouillon gras qu’il vous suffira de relever avec un peu de shoyu ou de tamari. Si le gras vous fait peur, vous pouvez le dégraisser en le laissant remonter à la surface et en l’éliminant avec une petite louche.

Toutefois, ce n’est pas le gras qui fait grossir mais plutôt le sucre. Les graisses sont très bénéfiques à condition d’être issues d’animaux sains, élevés dans le respect de leur espèce, de leur plage alimentaire et de leur physiologie digestive. Par exemple, les poules ne sont pas faites pour manger de l’huile de vidange ni pour vivre entassées par dizaines au mètre carré dans un local insalubre…

La meilleure façon, pour pouvoir continuer à s’alimenter sainement, serait de choisir en conscience des aliments de chez nous, de saison, produits par des gens consciencieux, respectueux de la nature et payés au juste prix.


 

Pol Grégoire

L’Alimentation vive selon Pol Grégoire

Pour en savoir plus sur les activités de l’Alimentation vive :
polgregoire@skynet.be
ou www.polgregoire.org

Hugo