Le Grand Réseau Global

Le plus souvent appelé le Réseau Sacré car les bâtisseurs des XIIe et XIIIe siècle ont construit les cathédrales gothiques, les églises romanes, templières et bien d’autres sur ce réseau dit solaire.

Au croisement de ce réseau, superposé au croisement de cours d’eau souterrains, l’emplacement de l’autel était défini. Il restait ensuite à dessiner tout autour le lieu de culte. Ce réseau est constitué de «cordes» de 3 à quelques dizaines de centimètres d’épaisseur et qui forment un réseau de plus ou moins 25 à 30 mètres de large. Il est orienté nord-sud, mais ce réseau n’est pas un multiple du réseau Hartmann. Il monte en biais dans les étages. Se détecte en 7,6 sur l’échelle de Lecher.

Comme le réseau Hartmann, le réseau sacré est lui aussi parfaitement orienté dans le sens Nord-Sud et Est-Ouest, l’axe Nord-Sud étant appelé le Cardo (le gond ou pivot en latin en référence au langage des arpenteurs), il correspond à l’axe de la terre. Cela prouve-t-il que contrairement à ce que nous disent les historiens, les Romains connaissaient déjà la rotation de la terre ?

L’axe Est-Ouest s’appelle, lui, le Decumanus, la largeur des mailles de ce réseau variant en moyenne de 34 à 80 cm et sa particularité étant d’être à géométrie variable, l’énergie de la terre circulant à l’intérieur de ce réseau sacré selon un sens de propagation du Nord vers le Sud et de l’Est vers l’Ouest.

Si le réseau Hartmann est un réseau tellurique, le réseau sacré serait plutôt quant à lui un réseau solaire : il tire toute son énergie du soleil, ce qui expliquerait pourquoi, la nuit, il se déplace et, dès que le soleil revient, il retrouve sa place. Il porte le nom de réseau sacré, car on le retrouve systématiquement utilisé dans la construction de tous les sanctuaires, les chapelles et les églises qui sont par excellence des temples solaires.

Cette composante solaire était connue des bâtisseurs de cathédrales, mais également des Templiers.

Arbres remarquables
Sl a été remarqué que les plus beaux arbres poussent sur les croisements du réseau sacré.Bien entendu, il ne faut pas qu’il y ait d’autres croisements cours d’eau, Curry, ou cheminée cosmotellurique à la verticale de ce dernier.

L’importante frondaison (feuillage) des arbres implantés sur les croisements du réseau sacré ainsi que leurs racines captent l’énergie cosmique et tellurique, ce qui alimente ce même réseau. Les arbres renforcent donc le réseau sacré qui alimente ainsi les églises et cathédrales des XIIe et XIIIe siècles.

Le réseau sacré renforce la vitalité et les défenses de ceux qui dorment ou séjournent dessus, sous réserve comme expliqué plus haut, qu’il ne s’y trouve aucun point nocif !

Il existerait en fait deux réseaux sacrés, l’un étant un sous-réseau de l’autre, le premier ayant une dimension approximative de 100 km par 100 km et le second dessinant une résille de 40 km de côté, chacun de ces réseaux entraînant également la création de sous-réseaux ; le plus intense, celui qu’on pourra appeler le numéro un, passant comme par hasard par la pyramide de Khéops, est connu sous le nom de Maximus Maximi Maximorum, le second, moins intense, a notamment été retrouvé sous le temple de la Pythie à Delphes ; il en a été découvert un troisième qui passe, lui, entre autres à Saint-Maximim et à la Sainte-Baume dans le Sud de la France et qui mesure 40 km de côté.

C’est ainsi qu’on s’aperçoit dans la pratique qu’on retrouve ce réseau sacré dans tous les grands sanctuaires quelle que soit la religion ; il en est de même pour les plus importants menhirs ou les systèmes mégalithiques. Nous verrons le mois prochain les cheminées cosmotelluriques appelées également ronds des sorcières…


Afin d’obtenir des informations complémentaires
vous pouvez vous inscrire à ma Newsletter sur le Site www.alphaforme.be. Vous pourrez y retrouver également dans la partie actualité, les anciens articles publiés.
Sources
Votre santé en lieu sûr
Alain de LUZAN

Geopathic Stress and Subtle Energies
Jane Thurnell-Read www.lifeworkpotential.com, 2006.

Eglise romane lieu d’énergie pour une géobiologie du sacré, Jacques BONVIN et Paul TRILLOUX

Jean François Guillotte

Jean François Guillotte

Expert en géobiologie, ingénieur et professeur à l'Institut Européen de Médecines Naturelle. Naturopathe de surcroît, Jean-François GUILLOTTE allie la santé de l'habitat à celle de ses occupants. info@alphaforme.be 0489 868 390 www.alphaforme.be

Voir mon site web