L’ashwagandha, une grande adaptogène de la médecine ayurvédique

L’Ashwagandha ou ginseng indien (Withania somnifera) est une plante « adaptogène » qui augmente la capacité d’adaptation du corps dans des conditions défavorables. Principalement en termes de stress, mémoire et concentration, énergie et fonctionnement sexuel.

C’est la racine qui est utilisée et qui convient parfaitement à la personne stressée, qui dort mal et qui assure moins à la fois mentalement et physiquement!.
 
Renforçant
étant donné que la barre est toujours mise plus haut tant au niveau professionnel, que dans les études ou le sport, nous avons de plus en plus de difficultés à faire face au stress. Les plantes adaptogènes peuvent alors souvent aider.

Moins de stress, d’anxiété et de dépression
actifs) que contient cette plante ont un effet régulateur sur la quantité de cortisol, l’hormone du stress. Ils présentent également une affinité pour les récepteurs GABA du cerveau, se traduisant par un large effet antistress qui a, entre autres, été démontré dans une étude contrôlée en placebo sur des personnes stressées (qui étaient, par ailleurs, en bonne santé). Dans cette étude, la prise 2 fois par jour durant 2 mois de 300 mg d’un extrait d’ashwagandha à spectre complet, standardisé à 5% de withanolides, conduit en comparaison avec le placebo, à une baisse significative du stress, de l’anxiété, de la dépression et de l’insomnie. Ces données suggèrent que l’ashwagandha peut, non seulement réduire le stress inhérent à un mode de vie occidental, mais qu’il est également un remède pour prévenir un burn-out.
Une meilleure mémoire et concentration
L’ashwagandha peut également influencer positivement les performances du cerveau. Tout d’abord, il a un effet neuroprotecteur général en raison de son effet antioxydant. Il assure également la disponibilité supplémentaire du neurotransmetteur acétylcholine si important pour la cognition dans le cerveau. Dans une étude contrôlée placebo chez des adultes ayant des troubles cognitifs légers, l’extrait mentionné ci-dessus a également mené à une amélioration significative par rapport au placebo entre autres au niveau de la mémoire, de l’attention et du traitement d’information.

Moins de fatigue, de meilleures performances
Lorsque le corps doit brûler moins d’énergie pour produire des réactions telles que l’agitation, les palpitations et une pression artérielle élevée, grâce à une meilleure résistance au stress, alors il y a en principe plus d’énergie disponible pour de meilleures performances. Mais il y a plus : l’ashwagandha augmente la production d’ATP dans les mitochondries, en cas d’effort intensif. Et le niveau d’hémoglobine avec une meilleure absorption d’oxygène.
En augmentant également le niveau de testostérone trop bas, se crée un effet anabolisant. Il a donc été démontré que l’extrait d’ashwagandha mène, chez des athlètes en bonne santé, à une meilleure endurance cardiorespiratoire, une augmentation de la force et de la masse musculaire, une meilleure récupération musculaire, une diminution du taux de masse grasse.
Un meilleur fonctionnement sexuel
Par la modulation de la réponse au stress, l’ashwagandha peut conduire, chez les hommes en bonne santé ayant une fertilité réduite (oligospermie) provoquée par un mode de vie stressant, à une augmentation du volume de sperme, du nombre de spermatozoïdes, de leur mobilité et du niveau de testostérone. Une autre étude suggère que l’extrait d’ashwagandha peut également améliorer la fonction sexuelle chez les femmes en bonne santé.

 

Autres indications utiles
Chez les adultes en situation de stress chronique et en surpoids, en régulant le taux de cortisol, l’ashwagandha, diminue les envies de nourriture et donc le poids et l’IMC. En cas d’hypothyroïdie (qui ne nécessite pas encore de substitution par hormone), il conduit à une augmentation des hormones thyroïdiennes T3 et T4, liée à une baisse de la TSH. Il est également un remède «anti-âge» : dans une étude de 2013, il a été établi que dans un modèle de vie animal, la durée de vie était augmentée. Une autre étude a, quant à elle, démontré que l’ashwagandha prolonge les télomères des cellules humaines.Les télomères sont des régions non-codantes d’ADN, qui se raccourcissent à chaque division cellulaire, mécanisme de la sénescence.

«Plantes adaptogènes»
C’est un savant russe, le docteur Nicolaï Lazerev qui a donné le terme «adaptogène» aux plantes renforçantes telles que l’Ashwagandha, la Rhodiola, la Maca, le Ginseng et l’Eleuthérocoque qui «augmentent la résistance contre les facteurs de stress chimiques, physiques et biologiques, sans perturber les paramètres biologiques normaux».
Fanny Antoine

Fanny Antoine

Passionnée par la vie et par toutes les possibilités qu’offre celle-ci. Initiée à la naturopathie et curieuse de ne cesser d’élargir mes connaissances en matière de développement personnel et de santé naturelle. J’ai le bonheur d’être la rédactrice en chef du magazine BioInfo, dans lequel je mets toute mon énergie. Fanny@bioinfo.be