L’importance du jeu dans les apprentissages

Le jeu est encore trop souvent considéré comme une distraction ou un manque de « sérieux » alors qu’il développe de nombreuses compétences psychomotrices, intellectuelles, affectives, sociales et créatives.

 

Aujourd’hui, le jeu a pris une place importante dans de nombreuses thérapies pour soigner diverses pathologies. Il constitue un véritable outil au service du développement de l’enfant.

Lors du premier entretien parents-enfant, je leur demande toujours si le jeu occupe une place au sein de leur famille. Pour certains, le jeu est déjà bien présent. Pour d’autres, le manque de temps, les activités quotidiennes, la fatigue ou encore les tracas prennent le dessus et ne permettent pas ces moments de plaisir partagé autour d’un jeu.

 

Ce qui est certain, c’est que je n’ai jamais entendu un enfant se plaindre de passer trop de temps à jouer avec ses parents. Il raffole de ces moments privilégiés et en redemande encore et encore. Il est bien évident que le laisser jouer seul est également indispensable. Le tout est de trouver un bon équilibre.

Ritualiser ces moments de jeu et les planifier dans l’agenda peut aider certaines familles surchargées à dégager du temps pour jouer ensemble. Exploiter les différentes situations de la vie quotidienne et créer des occasions peut aussi être une solution.

En effet, oser inventer et imaginer sur l’instant peut se révéler riche en émotions. Le plus important est de prendre du plaisir et que celui-ci soit partagé.

Jouer « ensemble » représente une des nombreuses clés qui contribuent à l’épanouissement de l’enfant.

Selon moi, les parents jouent un rôle essentiel d’amorçage dans la dynamique de jeu. C’est pourquoi j’insiste beaucoup pour qu’ils participent activement dans la prise en charge et bien au-delà.

Leur implication et le temps qu’ils consacrent à leur enfant est déjà thérapeutique en soi. Je leur conseille différents types d’activités ludiques de manière à renforcer les apprentissages tout en s’amusant et en sortant un maximum des activités scolaires.

Il y a notamment les « jeux sensori-moteurs » qui permettent de développer une bonne conscience corporelle à partir de laquelle l’enfant organise ses représentations spatio-temporelles.

Les jeux « intellectuels » qui nécessitent réflexion, comparaison, reconnaissance, mémorisation, imagination… sont souvent conseillés pour renforcer les prérequis au langage et de manière plus large aux apprentissages.

Il existe d’ailleurs de nombreuses ludothèques. Celles-ci permettent d’essayer une variété de jeux et de réaliser une sélection des plus « fun » avant de passer à un éventuel achat. Il arrive évidemment que les parents me demandent le type d’activités à réaliser avec leur enfant pour obtenir de meilleurs résultats. Cela va dans les deux sens. C’est justement grâce à ces échanges ponctuels parents-thérapeute que nous pouvons chacun de notre côté être plus efficace dans l’aide à apporter à l’enfant et nous ajuster au mieux à ses besoins.

N’oublions pas que les parents jouent un rôle important au niveau de la mémorisation et du transfert des apprentissages. Ils doivent réactiver fréquemment ce que l’enfant a appris, que ce soit en séance ou à l’école.
Cela renforcera les processus de mémorisation à long terme et le transfert des acquis à de nouvelles situations. Le terme « jouer » est nettement plus stimulant que « travailler ». Vous ne trouvez pas ?

Je vous assure que préparer une leçon sous forme de jeu favorisera la mise au travail et permettra une meilleure rétention des nouvelles informations. Je pourrais développer les différents types de jeux qui aident l’enfant à se construire, mais je vous laisse maître de parcourir les nombreux sites et ouvrages qui en parlent.

Par contre, je souhaite revenir sur un élément important dans le jeu. Il s’agit de la règle du jeu. Pouvoir réaliser cet exercice de compréhension et d’application de la règle pour jouer ensemble et s’accorder est essentiel dans l’apprentissage de notre code, la langue française.

Que ce soit au niveau du langage oral ou du langage écrit, l’enfant doit se conformer à un ensemble de règles qui lui sont imposées et qui lui permettent de communiquer. Cela fait partie d’un long apprentissage.

Le fait de l’y entraîner par le jeu favorise déjà une meilleure appréhension de ce code.


le jeu est vital

Il contribue à la structuration psychique, affective, corporelle et sociale chez l’enfant.

Il met en œuvre un savoir-faire, un savoir-être et de nombreux savoirs qui lui serviront tout au long de sa vie.

Alors allez-y, ne perdez plus une minute ! Vous verrez que le plaisir partagé en jouant aura des répercussions positives non seulement sur votre bien-être mais aussi sur celui de votre enfant. Et si vous avez déjà ritualisé ces moments, gardez-les précieusement. Le jeu est intemporel.

Il nous permet de vivre de merveilleux moments de complicité tout en renforçant les liens.

Coralie Detrie

Coralie Detrie

En 2000, j’entame des études en logopédie à l’Institut Libre Marie Haps qui me font découvrir un panel de possibilités dans les prises en charge. Mon parcours me mène à rencontrer de nombreux enfants et adolescents présentant des troubles de l’apprentissage. Au fil du temps, je constate que bon nombre d’entre eux présentent souvent des difficultés au niveau de leur écriture. Je décide alors de me former à la graphothérapie pour pouvoir agir de manière efficace sur les 3 pôles du langage écrit, à savoir la lecture, l’orthographe et l’écriture. Les outils avec lesquels je travaille trouvent en partie leur source dans différentes techniques telles que le Brain gym, le RMT, la méthode félicitée et la gestion mentale. A côté de cela, j’accorde une place importante aux croyances limitantes. Je les travaille systématiquement au sein de chaque séance pour permettre à l’enfant de développer son potentiel et d’avancer vers sa réussite. Tout ce travail est naturellement mené en collaboration avec les parents et les enseignants, précieux alliés dans la relation thérapeutique.

Voir mon site web