Bains de forêt et sylvothérapie : comment capter l’énergie des arbres…

Secret de santé des Japonais, les bains de forêt ou « shinrin yoku » consistent à marcher lentement, en conscience, dans la forêt, durant un minimum de 2 heures.

Ses bienfaits, longtemps oubliés dans les profondeurs de la sagesse ancestrale, sont aujourd’hui revalorisés et il est de plus en plus fréquent que les parents demandent de l’emporter après une naissance. Mais pourquoi au juste? Simplement parce qu’il a une haute valeur symbolique mais aussi… thérapeutique !

Rituels symboliques

Les chercheurs japonais ont accumulé de nombreuses preuves scientifiques des bienfaits psychologiques et physiologiques de la forêt, du contact avec le bois sur notre santé :

– baisse de la tension sanguine artérielle après 15 minutes de sylvothérapie
– amélioration de la cohérence cardiaque
– diminution du stress (par mesure du taux d’adrénaline dans les urines)
– amélioration du sommeil
– augmentation de l’activité du système nerveux parasympathique (par mesure de la diminution de l’activité du cortex préfrontal)
– augmentation de l’immunité (et donc diminution des allergies)
– augmentation de cellules tueuses naturelles (NK) connues pour lutter contre les tumeurs et les infections
– augmentation de l’hormone antivieillissement DHEA.

Les effets bénéfiques d’une journée de sylvothérapie se prolongent pendant 5 jours et procurent une sensation de bien-être général grâce au fait que le corps reconnaît la nature comme son élément principal depuis le début de son évolution.

Notre organisme se remet automatiquement en synchronisation avec les rythmes harmoniques de la nature lorsqu’il y est immergé (au contraire des perturbations électromagnétiques et du technostress destructeur de nos civilisations). De plus, le « silence » de la forêt facilite la reconnexion à son calme intérieur et permet « à autre chose » d’émerger.
Au Japon, plus de 60 chemins de sylvothérapie existent déjà dans une dizaine de centres de forêt. En Belgique, le premier centre de sylvothérapie a vu le jour dans la région de VIELSALM grâce à mon action dynamique et celle de Martine Delvoie (animateurs de la Fédération Européenne d’Herboristerie et organisateurs de stages de gemmothérapie intégrée).

Depuis 15 ans

Nous développons une approche dynamique de la sylvothérapie grâce à des exercices énergétiques avec les arbres, combinés à des techniques respiratoires particulières enseignées lors de stages en forêt. Des mesures énergétiques en bioélectrothérapie et en biorésonance, réalisées avant et après le stage, confirment l’augmentation considérable d’énergie vitale chez tous les participants après une journée d’exercices avec les arbres.

Un stage de sylvothérapie est organisé le samedi 29 septembre 2018 dans notre centre de Bihain (Vielsalm).Chaque arbre émet un champ électrique. On se « décharge » sur l’arbre d’un excès d’ions positifs.
Toucher un arbre, c’est se mettre « à la terre », ce qui explique pourquoi certaines douleurs peuvent se transmettre à l’arbre (tels les fameux « arbres à clous »), chaque arbre étant lui-même une gigantesque prise de terre.

L’air de la forêt, sain bactériologiquement, contient de l’ozone, de l’oxygène naissant et de nombreux ions négatifs produits par le frottement du vent sur le feuillage ; le dégagement de molécules naturelles produites par les arbres (terpènes, sesquiterpènes, huiles essentielles, arômes) forme un véritable aérosol « thérapeutique » agissant en profondeur en diminuant notre état de stress.

De nombreuses applications thérapeutiques de l’air de la forêt sont présentées lors de nos stages de sylvothérapie (Bol d’air Jacquier, olfactothérapie, aromathérapie…).

Les bourgeons des arbres sont bien sûr aussi imprégnés de l’air de la forêt et des bienfaits cités plus haut. Vous comprendrez donc encore plus aisément pourquoi les extraits de bourgeons employés en gemmothérapie sont si efficaces. En prenant quelques gouttes d’extraits de bourgeons tous les jours, vous prenez un petit bain de sylvothérapie.

La cure sylvatique active intègre non seulement le contact énergétique avec l’arbre, des mouvements énergétiques (Yoga et qi gong de l’arbre, contemplation de la forêt dans un hamac, postures diverses), mais également des exercices avec les yeux qui permettent de diminuer la fatigue oculaire, un parcours sensitif et marche consciente en silence, l’utilisation d’outils thérapeutiques en bois, la peinture d’arbres ainsi que, en fonction de la saison : la cueillette de fruits, de champignons, la récolte de sève, de bourgeons, l’art floral, etc.


Pour tous renseignements relatifs à la cure de sylvothérapie du 29 septembre 2018 :
Contactez-nous à la Fédération Européenne d’Herboristerie (www.feh.be) par email
( info@feh.be) ou par téléphone 00 32(0)80 41 82 06.

Philippe Andrianne

Bio Info