La ménopause est souvent associée aux bouffées de chaleur. Néanmoins il faut savoir que celle-ci amène parfois d’autres troubles non moins négligeables pour la femme qui en souffre, troubles auxquels la gemmothérapie apporte des réponses intéressantes.

Ménopause et asthénie sexuelle : Inflorescences et bourgeons de Chêne

Les inflorescences contiennent selon Piterà des substances hormonales capables de stimuler les gonades, ce qui les rend utiles aussi bien dans la ménopause que dans l’andropause. Les bourgeons de Chêne, à l’instar du Séquoia ont une action anti-sénescente, stimulant la sécrétion gonadique de testostérone. Ceci explique leur usage dans l’asthénie sexuelle (1). C’est un stimulant poly-endocrinien, stimulant hypophyse, production de  testostérone et  surrénales. De fait, le Chêne travaille sur le méridien Tr (triple réchauffeur), élément mesuré selon l’EAV (électro-acupuncture du Dr. Voll). Il faut savoir que ce méridien (Tr) est considéré comme le méridien du système endocrinien. 

Ayant une action tonifiante surrénalienne, il est conseillé de les prendre en début de  journée.

Ménopause et ménorragie : Jeunes pousses de Framboisier

Ces jeunes pousses stimulent la production de progestérone et d’œstrogènes. La ménopause étant un dérèglement de la production de ces deux hormones avec une tendance vers la baisse, il est facile de comprendre que le Framboisier puisse agir dans la ménopause précoce, ainsi que certaines ménorragies de la ménopause (1).

En MTC (médecine traditionnelle chinoise), ils agissent sur le méridien Re (rein) (2), attaché à l’élément eau.  En agissant sur ce méridien rein et sur le système lymphatique, on saisit son utilité dans les rétentions hydriques décrites dans la littérature, rétentions qui accompagnent souvent la ménopause.

Ménopause et syndrome  neuro-sexuel :  Jeunes pousses de Sequoiaséquoia

Tout comme le Chêne, le Séquoia a une action anti-sénescente et tonifiante. Il est revitalisant surtout chez la personne âgée.  Le Séquoia, à l’instar du Framboisier va privilégier le méridien du rein (Re), mais également celui du triple réchauffeur (Tr). Il a ainsi une composante double. Utile aussi bien dans l’andropause que dans la ménopause, il apporte bien-être. C’est un stimulant de l’activité testiculaire et il peut améliorer spermatogenèse, impuissance et libido.

Ménopause et bouffées de chaleur: Bourgeons de Sorbier

Le Sorbier , par contre, a jeté son dévolu sur le méridien foie. Il va agir sur la montée du Yang du Foie (le feu du foie) avec vide de Yin du Rein, ce qui explique son utilité dans les bouffées de chaleur, sans présenter une action endocrine directe. Il participe par ce biais à réduire la pléthore veineuse, ce qui en fait un candidat idéal dans le traitement des hémorroïdes et un hypotenseur veineux. D’ailleurs, cela le rend très utile dans le « syndrome hyper-diastolique » (1), utile chez la femme aussi bien pré-ménopausée que ménopausée hypertendue.

Ménopause et migraine : Bourgeons de Pommier

Les bourgeons de Pommier sont connus pour leur efficacité dans les bouffées de chaleur. Leur action rafraîchissante va contrer les « stases de sang » comme le décrit M. Andrianne,  ce qui en fait un remède intéressant également dans les problèmes artériels ou encore les migraines. Associé au Tilleul, il peut apporter un confort notable dans certaines céphalées et les problèmes de sommeil. A l’instar du Tilleul, il contribue à réduire le cholestérol.

Rena Bartoletti

1.Ph. Andrianne, Traité de gemmothérapie, Ed. Amyris, 2011   /   2.Etude Herbalgem, 2012   /  3.Piterà, Compendio digemmoterapia, 2003

Avatar

Hugo