? minutes
? minutes
4 couverts

 

Dans ce monde qui court plus vite que vous, pas évident de s’octroyer un temps d’arrêt. À moins d’être initié à la pratique de la pleine conscience ou encore de la méditation, entre le travail et la famille, on a l’impression de courir tout le temps. Et je vais vous faire une confidence… ce n’est pas qu’une impression.

C’est un peu comme quand les feux de signalisation sur la route sont en panne et clignotent en orange sauf que ça ne dure pas que quelques heures. Il n’y a plus de feu rouge pour vous arrêter ou arrêter les autres. Tout part dans tous les sens et lors d’un moment d’inattention, de fatigue, c’est l’accrochage. Le corps vous arrête net et vous êtes plaqué au lit avec une grippe ou un autre truc de saison. Dommage de devoir en arriver là pour se permettre une pause. Rares ou quasi inexistants sont les moments où nous permettons à notre esprit de vagabonder et de sortir des « to do » listes. Et pourtant, 5 minutes de vagabondage par jour permettraient d’être bien plus productif dans tout ce que nous entreprenons durant la journée. Si vous faites partie de ceux qui ne peuvent pas s’arrêter à moins d’avoir une bonne raison, je vous dirais que c’est la pause gourmande qui s’impose… et ça tombe bien, avec les fêtes qui approchent à grands pas.

Voici une recette facile, rapide, saine et savoureuse qui vous donnera une belle raison de vous poser et de savourer une pause bien méritée.


Ingrédients

  • 2 à 4 belles betteraves rouges bien fermes en très fines lamelles à la mandoline ou au rouet
  • 1 daïkon en très fine julienne trempé quelques minutes à l’eau glacée et ensuite bien égoutté
  • 1 c.s. de jus de citron
  • 2 c.s. d’huile de noix
  • Umé-su selon le goût

Pour la sauce:

  • 1 tasse de noix de cajou trempées 12h00 et rincées
  • 2 à 4 prunes mébosi dénoyautées
  • 1 goutte de miel d’acacia ou 1 c.s. de mirin
  • Umé-su si nécessaire pour saler plus
  • Eau de source pour obtenir la consistance

Pour la salade de verdures:

  • 1 poignée de mâche
  • 1 poignée de Claytone
  • 1 poignée de cresson de fontaine
  • 1 tasse de daïkon germé

De plus:

  • 100 g. d’algues spaghetti cuites 20’ à la vapeur dans un fond d’eau, refroidies et égouttées
  • 1 c.s. de jus de citron
  • 2 c.s. d’huile de noix
  • Umé-su selon le goût
  • 1 petite échalote hachée fin
  • 1 c.s. de zeste d’orange
  • 30 g. de gingembre écrasé et finement haché

Préparation

  • Assemblez et mélangez bien les algues et les autres ingrédients de leur assaisonnement.
  • Assemblez et mixez à haute vitesse les ingrédients de la sauce aux cajous.
  • Nappez cette sauce sur le fond des assiettes et dressez par dessus un lit de verdures.
  • Disposez les dentelles de betterave étendues au centre et au milieu les filaments de daïkon.
  • Nappez le jus des algues pour assaisonner les légumes et les verdures et décorez avec les algues et les graines germées.

Ses points forts

  • Préparation rapide
  • Sans gluten
  • Sans produits laitiers
  • Quantité de sucre réduite – utilisation de bon sucre complet riche en minéraux
  • Le thé vert Matcha apporte une belle quantité d’antioxydants
  • Les toxines de cuisson sont fortement réduites du fait qu’il est cuit à la vapeur

Notes

La prune d’umé est considérée par les Chinois, depuis des millénaires, comme un puissant alicament. Les anciens textes médicaux chinois datant de plus de 2000 ans contiennent les premiers écrits concernant les qualités médicinales de ces prunes. Bien que ces prunes d’umé soient originaires de Chine, les prunes japonaises ont évolué à cause des qualités de sols et d’un climat différent ; elles contiennent des taux plus élevés d’acides organiques et de minéraux.

Parmi tous les fruits existants, c’est la prune d’umé qui est la plus riche en contenu nutritionnel. La nature multidimentionnelle de ce fruit est extraordinaire ; protéines, minéraux, oligo-éléments et lipides sont présents au double du niveau des autres fruits. Le calcium, fer et phosphore sont si abondants que ces prunes forment une catégorie à part. Comparée aux tangerines, la prune d’umé, à l’exception des glucides, contient deux à trois fois plus de nutriments.

La prise quotidienne de prunes umeboshi ou d’umé plum, qui contiennent de grandes quantités d’acide citrique, aide à la récupération en cas de fatigue et au ralentissement du processus de vieillissement.

Les athlètes ont l’habitude de mordre dans des citrons pour absorber de l’acide citrique qui réduit naturellement l’acide lactique ; dans les prunes d’umé, l’acide citrique est plus concentré et de meilleure qualité que dans les citrons.


 

Pol Grégoire

Pol Grégoire

polgregoire@skynet.be
www.polgregoire.org

Avatar

Elodie Hubin