Le petit Vapoteur

Le petit vapoteur est un individu bien intentionné (ou quelque peu niais) qui croit qu’inhaler une fumée crachée par un appareillage électronique nuira moins à sa santé que celle produite par des résidus de tabac. Qu’en est-il ? Dans le vrai ou dans le goudron, notre petit vapoteur? C’est ce que j’ai tenté de savoir…

En allant chercher mon fils à l’école l’autre jour, j’ai aperçu plusieurs de ses camarades pendus à une cigarette électronique.Après avoir sermonné mon rejeton sur l’idiotie de pareille habitude et lui avoir fortement conseillé de s’abstenir de singer ses pairs, j’ai quand même réfléchi un peu plus en détails à la question. Cette fameuse vapote est-elle réellement moins nocive que la cigarette classique ? Je ne vous dis pas le nombre d’articles que j’ai pu lire sur le sujet. Pour la plupart, le problème est vite réglé : nous n’avons pas encore assez de recul pour nous prononcer. ça semble assez logique.

Toutefois, le papa inquiet que je suis ne peut s’empêcher de se demander si cette zone d’ombre n’arrange pas, une fois de plus, les industriels et les lobbys qu’ils emploient. Bref. Je n’étais pas plus avancé. Jusqu’à ce que je tombe sur une étude émanant de l’Académie Nationale des Sciences aux USA (PNAS). Dans ces lignes, les chercheurs affirment que la fumée de cigarette électronique détruit l’ADN et réduit l’activité de réparation dans les poumons et le cœur des… souris. Ils étendent ensuite leurs conclusions à l’être humain, indiquant que la vapote pourrait donc être à l’origine de maladies cardiaques et de cancers. Interpellant mais toujours sur ma soif.
 

Mon avis de naturopathe
Je suis entièrement d’accord avec le fait que nous manquions de recul pour nous prononcer sur les dangers précis du vapotage. Toutefois, cette tendance me semble nocive de toute façon et ce, pour deux raisons principales. Premièrement, plus qu’une vraie façon de remplacer la cigarette, le vapotage est un phénomène de mode. Il est ainsi très dangereux pour nos jeunes car, certes, ils ne fument plus de tabac (encore à me démontrer), mais ils passent directement à la vapote en pensant qu’elle est inoffensive.

Ainsi, des jeunes, qui n’auraient jamais fumé autrement, se mettent à aspirer cette saleté qu’ils considèrent comme un accompagnement branché à leur soda empoisonné et une xième manière d’être « cool ». Et deuxièmement, ce vapotage entretient la dépendance buccale (ou psychologique si vous préférez). On s’entend dire : je me suis acheté une cigarette électronique pour arrêter la cigarette. Quelle bêtise ! Le geste reste. Et, comme nous le savons, l’habitude est la chose dont il est le plus difficile de se défaire (bien plus que l’accoutumance chimique).

Du coup, le petit vapoteur revient vite à sa clope classique (plus forte et plus apaisante d’après les témoignages) tout en ayant dépensé une somme importante pour un phénomène de mode bien vendu.

Le cas du tissulage
J’entends aussi régulièrement parler du tissulage et j’aimerais vous en dire quelques mots. Le tissulage est une plante qui détient de nombreuses vertus. Elle apaise la toux notamment et aide dans le traitement de divers maux respiratoires.

Attention, consultez qui vous savez avant de vous y mettre (on ne le rappellera jamais assez, les plantes sont extrêmement puissantes). Mais, mais, mais… sachez que ce tissulage peut aussi se fumer. Dès lors, et bien que je vous le déconseille fortement, si vous voulez ABSOLUMENT inhaler de la fumée, je pense sincèrement que vous devriez envisager cette piste. Vous trouverez très facilement en ligne la méthode pour fabriquer ce tabac de substitution. C’est d’ailleurs parce qu’il peut se fumer que certains recommandent le tissulage pour l’aide à l’arrêt du tabac. Comme substitut en somme. Mais rappelez-vous ce que j’expliquais pour le vapotage, cela n’enlève en rien la dépendance psychologique puisque le geste reste. Prudence donc.

Le mot de la fin à toi, petit vapoteur
Attention, ce qui suit n’engage que moi. Fumer est clairement une attitude nihiliste. Fumer, c’est nier l’importance de la vie en la dégradant inutilement, c’est faire le jeu de la société de consommation qui désire nous rendre dépendant et nous faire payer des soins de santé. Fumer est une arme de contrôle des masses. Fumer nuit à votre santé, à votre pouvoir d’achat et à vos relations sociales. Donc, ne fumez pas. Point à la ligne.

Nicolas Dumont

Nicolas Dumont

Je suis heilpraktiker (l'équivalent germanique du naturopathe) à Braine-le-Château dans le Brabant Wallon. Je donne des conférences articulées autour du retour de la naturopathie dans les foyers. Bientôt, vous pourrez ainsi devenir votre propre naturopathe ! Visitez mon site internet pour en apprendre plus (et vous inscrire à ma newsletter. Heilpraktiker (naturopathe) 6, rue Marcel Plasman, Braine-le-Château, +32 (0)2 366 11 56 n.dumont@heilpraktiker.global www.heilpraktiker.global

Voir mon site web